14ème congrès du Saes : des acquis et une meilleure gouvernance des universités gravés en lettres d’or.

Le Syndicat Autonome des Enseignants du  Supérieur (Saes) a tenu, ce 5 août, son 14ème congrès, pour tirer son bilan après 6 ans d’activité. L’organisation a tiré un satisfecit sur plusieurs réalisations dans un délai déterminé. Parmi les plus marquantes figure la stabilisation du sous secteur de l’enseignement supérieur avec l’obtention de très peu de grèves.

« Ça veut dire qu’en 6 ans, le Saes n’a pas fait 30 jours de grève malgré tout ce qu’on dit, et c’est important », a expliqué le secrétaire sortant du Saes, Malick Fall. Pour ce dernier, une retraite décente pour les enseignants du supérieur également est une doléance acquise au cours de ces quelques années de lutte.

« Nous avons pu mettre en place un fonds de solidarité sociale qui a permis de ramener dans le circuit des collègues qui étaient partis à la retraite il y a 15 voire 20 ans et à qui, chaque fin du mois, nous donnons 300 000 Fcfa presque, il y’en a pour qui, leur subvention est supérieure à leur pension de retraite », s’est glorifié l’équipe sortante. La 3ème grande réalisation est liée à la gouvernance des universités.

« Nous avons brûlé la loi de 2015, ça été très douloureux, c’est l’un des épisodes les plus difficiles que le Saes ait vécu dans sa vie (…) mais nous avons pu avoir tous les textes de gouvernance des universités. L’appel pour le choix des recteurs, le décret d’application de la loi cadre, tous les décrets organisant le fonctionnement des universités, l’arrêté qui fixe les procédures de désignation des membres des conseils d’administration académique, tous ces textes sont prêts », a renseigné Malick Fall. L’augmentation de l’indemnité de logement, l’augmentation des indemnités par rapport aux responsabilités de fonction, le replacement du système dans le dispositif au niveau international ont été aussi des objectifs qui ont été atteints durant les 6 ans de service de l’organisation syndicale. La rencontre tenue sous le thème « Enseignement supérieure: défi de la qualité » va durant 3 jours, permettre de mener des réflexions pour proposer de nouvelles orientations pour une amélioration de l’enseignement dans les universités du Sénégal.


www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess