BOUGANE GUÈYE À TOUBA : « J’ai dit au Khalife que Macky est un tyran… Un tyran avec un arc à plusieurs cordes »

BOUGANE GUÈYE À TOUBA : « J’ai dit au Khalife que Macky est un tyran… Un tyran avec un arc à plusieurs cordes »
Pour Bougane Guèye, le Sénégal n’est plus loin de tomber dans une irréversible confusion. Et le cas échéant,  le Président Macky Sall  serait l’unique responsable. C’est d’ailleurs ce qu’il confie avoir dit au Khalife Général des Mourides à l’occasion d’un entretien qu’il a partagé avec Fadel Barro et déroulé ce lundi 27 juin 2022 à Darou Miname. 

Bougane Guèye conduisait une délégation venu présenter au patriarche la plateforme «  Pencoo » qui vise à pacifier l’espace politique déjà effervescent à cause des élections en perspective. « Les acteurs politiques doivent désormais avoir des attitudes raisonnées. La paix est troublée. Le seul responsable de cette situation  c’est le Président Macky Sall. C’est un tyran qui active le levier judiciaire pour bloquer des candidats et emprisonner des opposants.  J’ai dit au Khalife que c’est lui Macky Sall qui fait dans la dictature. Depuis 2012, le pouvoir a fait de l’interdiction de manifs une règle alors que cela devait être une exception ».

Le leader de Gëm Sa Bopp de s’étonner de la mise à disposition de l’armée Sénégalaise d’un nouvel arsenal militaire. « Après 62 ans d’indépendance,  jamais auparavant notre armée n’a été amenée à mater des manifestants. »

Une transition toute trouvée pour donner son avis sur ce fait nouveau. Pour lui, les Sénégalais n’ont pas à avoir peur de ces armes nouvellement acquises.  « L’armée ne tapera sur personne. L’armée ne tirera sur personne. Que les Sénégalais ne s’inquiètent pas ! »

L’ancien leader de « Y’en a marre », de plain pied dans « Jammi Gox », ajoutera que l’initiative vise à poser 03 questions aux protagonistes et au reste du peuple Sénégalais. D’abord, s’il est possible d’avoir des élections paisibles avec des listes divisibles ? Ensuite cette élection, le cas échéant, ne ferait-elle pas mauvaise jurisprudence et enfin s’il était possible de reporter les joutes pour les réorganiser avant la fin de l’année 2022 ?…

Des questions sans réponse, pour le moment. Toutefois, Fadel Barro interpellera les chefs religieux sur l’urgence qu’il y’a de les entendre parler avant que l’irréparable ne se produise. «Nous avons été voir Cheikh Mahi Niass. Serigne Mbaye Abdou nous a aussi reçu tout comme le Khalife de Ndiassane. Nous avons dit au Khalife de Touba qu’avant le colon ne vienne au Sénégal, les populations allaient trouver refuge auprès des chefs religieux toutes les fois que le pays était secoué par une calamité. Nous lui avons dit que rien ne fonctionne dans ce pays et qu’il était nécessaire qu’il raisonne les protagonistes. Nous attendons une médiation de sa part et de celles de tous les chefs religieux de ce pays et de tous les dignitaires traditionnels. Il est aussi temps pour chaque Sénégalais de s’autosaisir et de prendre sa responsabilité. C’est notre démocratie qui ne peut pas accepter que des élections se passent sur la base de listes divisibles. » Fadel Barro ne manquera de confier qu’il ne croit pas à l’histoire des terroristes évoquée récemment par le procureur… 

La délégation a aussi été reçue par Serigne Abô Baraka, Serigne Abdou Karim Mbacké et Serigne Moussa Nawél…


www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess