Ce que l’on sait des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali

Ce que l'on sait des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali

Mercenaires pour les uns, simples soldats en mission pour les autres: le Mali et la Côte d’Ivoire opposent des versions contradictoires depuis l’interpellation dimanche de 49 militaires ivoiriens à l’aéroport de Bamako.

Quatre jours plus tard, les militaires sont toujours en détention, la junte malienne promettant de les livrer à la justice quand les Ivoiriens appellent à leur libération “sans délai”.

Si très peu d’informations filtrent des négociations en cours entre les deux pays, des éléments de compréhension se dessinent sur la situation de ces soldats.

 

– Qui sont les 49 militaires interpellés au Mali?-

Les 49 hommes et femmes, détenteurs d’un passeport ivoirien, sont arrivés dimanche en habit militaire mais non armés. Ils sont tous membres de l’armée ivoirienne.

Leurs armes se trouvaient dans un second avion, a précisé la Côte d’Ivoire mardi à l’issue d’un Conseil national de sécurité.

Ils n’avaient à leur arrivée “ni ordre de mission ni autorisation”, selon Bamako, et auraient avancé “quatre versions différentes” pour “justifier leur présence” au Mali, dont une “mission confidentielle” dont les contours n’ont pas été précisés.

Les autorités maliennes, dominées par des militaires à l’origine de deux coups d’Etat depuis 2020, ont en outre affirmé que “la profession réelle des militaires était pour la plupart dissimulée” sur leur passeport.

Elles les ont interpellés et les ont taxés de “mercenaires”, les accusant d’avoir comme “dessein funeste” de “briser la dynamique de refondation et de la sécurisation du Mali, ainsi que du retour à l’ordre constitutionnel”.

 

-Que devaient-ils faire au Mali?-

Les 49 soldats ivoiriens devaient, selon Abidjan, prendre la relève d’autres Ivoiriens déployés au Mali en tant qu’Elements nationaux de soutien (ENS), une procédure de l’ONU permettant aux contingents des missions de maintien de la paix de faire appel à des prestataires extérieurs à l’ONU pour des appuis logistiques.

Ils étaient la 8e rotation de soldats à venir au Mali pour cette mission, a détaillé la Côte d’Ivoire.

Une convention a été signée en juillet 2019 entre Abidjan et l’ONU concernant leur présence au Mali, de même qu’un autre contrat “de prestations de services” avec une société privée, Sahel Aviation Services (SAS), a détaillé le Colonel Armand Mahi Guezoa, de l’état-major ivoirien.

SAS dispose d’une base au sein de l’aéroport de Bamako, sur laquelle étaient postés ces ENS, qui sert de “base logistique” pour plusieurs partenaires internationaux du Mali, parmi lesquels des éléments ivoiriens mais aussi des éléments allemands, autrichiens, belges, suédois ou encore pakistanais, selon l’état-major ivoirien.

Elle est sécurisée par les Ivoiriens, a indiqué à l’AFP le ministère allemand de la Défense, dont un porte-parole a confirmé y avoir des soldats “stationnés”.

“C’est sur cette base, partagée avec d’autres pays, que transitent nos matériels, nos équipements et nos nombreux militaires” pour les contingents ivoiriens de la mission de l’ONU au Mali (Minusma), basés à Mopti et Tombouctou, a souligné le Colonel Mahi Guezoa.

 

-Comment sortir de l’impasse?-

www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess