Contexte pré-électoral : Les femmes leaders disent non à la violence et demandent aux acteurs de promouvoir la paix dans le pays.

Dans un contexte pré-électoral de plus en plus tendu où la violence ne cesse de prendre de l’ampleur dans l’espace public sénégalais, les femmes des partis politiques au pouvoir, de l’opposition et de la société civile se sont réunies autour du comité ad hoc « des femmes leaders pour la paix, la démocratie, le respect des institutions et de l’Etat de droit » pour œuvrer à promouvoir un dialogue constructif en vue de consolider la paix et la démocratie, seuls gages de développement.

Selon le professeur Amsatou Sow Sidibé, on ne peut pas lutter pour le développement et remettre en cause la paix. « Les femmes, naturellement, ont un rôle fondamental pour asseoir la paix. Elles sont les principales victimes de la paix et elles sont médiatrices des conflits en tant que mères », dit-elle.
Membre de la Coalition de la 3e voie, Mme Sidibé a fait savoir que la résolution 1325 des Nations-Unies exige que les femmes soient dans la prévention des conflits et dans la consolidation de la paix.
 
Pour sa part, Fatou Blondin Diop, membre fondatrice du Réseau Siggil Jiguen, estime qu’il y a une certaine ambiance électrique et une judiciarisation des élections. Sur ce, elle exige une certaine sécurisation pour qu’elles puissent pouvoir aller en campagne, débattre d’idées présentées par les candidats. Selon Mme Diop, plus de 109 femmes sont candidates et c’est le moment de venir accompagner ces femmes…


www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess