COUPS ET BLESSURES: T. Diallo tabasse son compatriote, l’expulse de sa boutique qu’il occupe désormais et se vante d’avoir l’appui

ASSOCIATION DE MALFAITEURS, COUPS ET BLESSURES: T. Diallo tabasse son compatriote, l’expulse de sa boutique qu’il occupe désormais et se vante d’avoir l’appui d’un ancien commissaire



Le boutiquier Thierno Algassimou Diallo se souviendra toujours de ce 9 février 2021. Et pour cause, il a été sérieusement tabassé par ses compatriotes, en l’occurrence B.B. Diallo et T. Diallo, au point qu’il s’en est sorti avec une invalidité de 90 jours. Et comme par extraordinaire, ces derniers vaquent toujours à leurs occupations, malgré la plainte. T. Diallo se vante, en tout cas, d’avoir l’appui d’un ancien commissaire de la police de Yeumbeul. Vrai ou pas, le plaignant a saisi le procureur directement cette fois.

Si les accusations de Thierno Algassimou Diallo sont avérées, c’est qu’il y a eu négligence au moment de l’enquête et que B.B. Diallo et T. Diallo devraient immédiatement être arrêtés et envoyés à l’hôtel zéro étoile. Quoi qu’il en soit, le boutiquier jure sur tous les saints avoir raison et a porté plainte contre ses deux compatriotes guinéens auprès du procureur de la République, après avoir d’abord saisi la brigade de gendarmerie. En effet, selon Thierno Algassimou Diallo, B. Diallo et T. Diallo l’ont trouvé dans sa boutique le 9 février dernier et l’ont sévèrement tabassé, lui fracturant même la jambe. Conduit à l’hôpital Le Dantec par les voisins, il s’en est sorti avec une incapacité temporaire de travail de 90 jours. Il dépose une plainte au niveau de la gendarmerie, mais ses deux compatriotes ont raconté aux enquêteurs qu’il s’agissait d’une bagarre et que Thierno Diallo s’est blessé lui-même. Et c’est tout. Ils n’ont pas été déférés et sont donc relâchés. A qui veut l’entendre, T. Diallo raconte qu’il était le bailleur d’un ancien commissaire de la police de Yeumbeul. Vrai ? Faux ? En tout cas, le boutiquier a saisi directement cette fois le procureur de la République d’une plainte contre ses deux bourreaux, en espérant que le chef de parquet va diligenter l’affaire pour la tirer au clair. Si pour la première plainte portait sur les coups et blessures, la seconde porte sur l’abus d’autorité et l’occupation de son commerce.
Pour mieux cerner cette histoire, il faut comprendre pourquoi T. Diallo et B. Diallo s’en sont pris au boutiquier. D’après ce dernier, il a ouvert sa boutique à Fass. Les affaires ne marchaient pas bien, mais il a eu l’appui financier de son oncle qui a restauré la boutique. Or T. Diallo voulait faire main basse sur le commerce ou bénéficié d’une grande part d’actions. S’agissant de B. Diallo, c’est le frère du boutiquier, mais il ne souffre pas que ce dernier l’oublie pour recruter un autre assistant dans son commerce. C’est en tout cas l’explication fournie par Thierno Algassimou Diallo dans sa première plainte devant les gendarmes. Le 9 février dernier, ils l’ont tabassé et c’est B. Diallo qui lui a fracturé la jambe. Ils ne s’en sont pas arrêtés là, car ils ont expulsé son épouse, son enfant ainsi que l’assistant, avant que T. Diallo ne ferme la boutique avec un cadenas pour ensuite garder la clé. Le 19 mars dernier, il est revenu pour ouvrir la boutique et commencer à l’exploiter comme si la boutique lui appartenait. Thierno Algassimou Diallo demande ainsi au procureur d’ordonner à T. Diallo de lui restituer son commerce et que justice lui soit rendue pour tout le préjudice subi.
Alassane DRAME   LES ECHOS

via DakarBeuz

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Les 100 jours de Joe Biden : « L’impact des réglementations sur l’économie est intrinsèquement difficile à quantifier »

Next Post

Diary Sow au « Forum exclusivement féminin »: « Il reste beaucoup de combat à mener comme la polygamie abusive»

Related Posts