Économie : Ces détails que renferme le projet de Loi de finances rectificative pour l’année 2022.

Économie : Ces détails que renferme le projet de Loi de finances rectificative pour l’année 2022.
Adopté en conseil des ministres de mercredi dernier, le projet de Loi de finances rectificative (Lfr) pour l’année 2022 s’alignerait sur la trajectoire d’une politique d’ajustement budgétaire à moyen terme. Il vise le renforcement des mesures d’amélioration et de sécurisation des ressources publiques, la maîtrise des dépenses publiques pour leur plus grande efficacité et la viabilisation de la dette publique, a annoncé une note parvenue à Dakaractu.

 
Dans cette note, sont mentionnés deux autres objectifs en de plus des 4 autres facteurs explicatifs de cette Lfr que sont, entre autres la Crise russo-ukrainienne, le reconfinement en Chine, l’embargo sur le Mali et la revalorisation des salaires. Il s’agit pour le gouvernement, à travers cette Lfr d’apporter les réponses budgétaires appropriées face aux difficultés d’approvisionnement en produits pétroliers et de prendre en charge les engagements pris envers nos partenaires sociaux à travers des revalorisations salariales exceptionnelles pour les agents de la Fonction publique.
 
Précision est faite du contenu de ce projet de Lfr. Dès lors, il apparaît que ‘’l’une des mesures phares prises porte sur les subventions à l’énergie qui ont été révisées et budgétisées à hauteur de 300 milliards F Cfa, soit une hausse de 150 milliards F Cfa dans le présent projet de Lfr en vue de faire face à la flambée observée des prix de l’énergie’’. 
 
‘’Le projet de Lfr 2022 arrêté à la somme de 5567,71 milliards F Cfa’’
 

En outre, poursuit le document, les ressources nécessaires sont programmées pour la prise en charge des engagements de l’État vis-à-vis des partenaires sociaux, afin d’introduire plus d’équité dans le système de rémunération des agents publics, notamment ceux en service dans les secteurs de l’éducation, de la santé et des forces de défense et de sécurité. Toutes ces mesures de revalorisation salariale ont un coût budgétaire de l’ordre de 100 milliards de F Cfa.

 
Les forces de défense et de sécurité n’ont pas été laissées en rade dans cette Lfr. Une place importante, leur étant accordé, des besoins additionnels urgents en matière de sécurité ont été identifiés et pris en charge, renseigne le document qui parle d’une volonté de renforcement de leurs moyens de défense et de sécurité. ‘’Il s’agit notamment d’acquisition de matériels d’équipement de protection et de sécurisation routière ainsi que de construction de centres de formation et d’intervention. Au total, les dépenses budgétaires nouvelles, dans le cadre du présent projet de Lfr, atteignent un montant de 343,5 milliards de francs Cfa.
 

Ces ressources, selon ledit document, sont destinées à prendre en charge des dépenses prioritaires. Conformément aux instructions du Président de la République, cette enveloppe prendra en charge “la poursuite des travaux du Projet de développement ressources  destiné à prendre en charge 10 dépenses prioritaires.”

 
Impact des engagements financiers et les transferts monétaires aux populations les plus vulnérables 
 
Il s’agit, de ‘’la poursuite des travaux du Projet de développement inclusif et durable de l’agro-business (Pdidas) antérieurement financé par la Banque mondiale pour 2,6 milliards de F Cfa ; la prise en charge des impactés de la gare de Petersen à travers le projet Bus rapid transit (Brt) et de la mise en œuvre des projets de dessalement de l’eau de mer et de KMS3 pour 2,5 milliards de F Cfa ; le financement complémentaire du Fonds d’entretien routier autonome (Fera) pour 13 milliards de F Cfa ; le financement complémentaire pour l’organisation des élections (5,8 milliards F Cfa) ; la prise en charge du financement des espaces services dans le cadre du programme Emploi des jeunes pour 800 millions F Cfa ; l’achèvement des travaux des universités Amadou Moctar Mbow, Assane Seck de Ziguinchor et El’Hadj Ibrahima Niasse de Sine Saloum pour un montant total de 5,3 milliards F Cfa ; le complément de financement du fonctionnement des Universités et des œuvres universitaires pour un montant de 9,920 milliards F Cfa;  le renforcement des moyens de collecte et de gestion des ordures ménagères pour 10 milliards de F Cfa ; la poursuite du projet d’assainissement de Touba pour 4 milliards de F Cfa; le Programme d’Urgence de Modernisation des Axes Frontaliers (Puma) pour 1 milliard F Cfa’’. 
 
En définitive, ledit projet est arrêté à la somme de 5567,71 milliards F Cfa y compris l’amortissement de la dette, a expliqué le ministère chargé des Finances et du Budget. Celui-ci a estimé que cette Lfr 2022 traduit une hausse de 368,7 milliards F Cfa en valeur absolue et de 7,1% en valeur absolue, comparée à la Loi de Finances initiale et prend principalement en charge, l’ensemble des engagements financiers souscrits par le gouvernement dans le cadre d’une part, des accords conclus avec les partenaires sociaux en l’occurrence les syndicats d’enseignants, de santé, et, d’autre part, des Forces de défense et de Sécurité et autres agents de l’Administration afin d’introduire plus d’équité dans le système de rémunération ; les besoins urgents en matière de défense et de sécurité (le complément de subvention à l’énergie pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages et le renforcement du soutien aux prix des produits alimentaires et l’amplification des transferts monétaires aux populations les plus vulnérables’’, a précisé ladite note.


www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess