Économie : Le projet de lancement d’un « Grand prix du Chef de l’État pour la promotion et la vulgarisation du Waqf » en gestation.

La vulgarisation et la promotion du Waqf au Sénégal tient très à cœur les autorités étatiques. Mais ce désir est encore plus ancré dans le cœur des membres de la Haute autorité du Waqf (Haw). La preuve nous a été donnée, ce jeudi 12 mai 2022, à l’issue du Colloque scientifique sur le Waqf qui,  pendant 48 heures, a réuni beaucoup de personnes ressources travaillant pour la promotion de cet instrument de financement islamique assimilé également à l’aumône durable.
 
‘’Nous, au niveau de la Haute autorité du Waqf, nous réfléchissons depuis un peu de temps, sur la manière de vulgariser davantage le Waqf. Et là, je pense que la promotion des success-stories, permettrait d’atteindre cet objectif-là. Et donc nous irons peut-être dans un mécanisme d’incitation en mettant en place un Grand prix du Chef de l’État, pourquoi pas pour la promotion et la vulgarisation du Waqf’’, a déclaré d’ailleurs, le Directeur général de la Haw, Racine Ba, dans ses mots prononcés au cours de la cérémonie de clôture de ce colloque scientifique.
 
Il dit penser, avec ses proches collaborateurs de la Haw, que ce prix lancé au nom du président de la République, ‘’permettrait, au moins de récompenser et de mettre en exergue les personnes qui s’investissent dans le Waqf, mais aussi de les citer comme exemple.” 

Racine Ba a mis à profit cette occasion pour 
‘’présenter la feuille de route’’ dressée à l’issue de ce colloque. Il est ressorti cette volonté de pérenniser l’organisation de telles rencontres. ‘’J’ai retenu quelque chose de très important au cours de ces deux derniers jours. C’est qu’il est important de renouveler ce type de rendez-vous. Et donc c’est le premier point que nous notons au niveau de la Haute autorité du Waqf qu’il est important que cet évènement-là se fasse régulièrement. Beaucoup de réflexions, beaucoup de recommandations sont ressorties des différents panels des différents ateliers et nous pensons qu’il serait important que tous les deux ans au moins, que la Haw en collaboration avec les universités, que des panels scientifiques dans le cadre du Waqf soient renouvelés’’.
 
Dans les recommandations relevées au cours des panels, il est fait état de la nécessité pour la Haw, entre autres, de ‘’nouer des partenariats avec le secteur privé qui pourrait débuter avec des retraites avec des dirigeants du patronat. C’est une recommandation du secteur privé, nous en avons pris bonne note au niveau de la Haute autorité du Waqf ; mettre à profit la technologie pour faciliter la collecte de ressources pour le compte du Waqf ; défiscaliser tous les types de Waqf reconnus par la loi ou la Haw.
 
À ce sujet, il a relevé qu’au niveau de la Haw, ses collaborateurs et lui ont ‘’très tôt compris que le principal goulot à la formalisation est lié à la fiscalité. Un travail important est en train d’être fait avec la Chambre des notaires, mais également avec la Direction générale des Impôts et Domaines (Dgid). Pour ces deux acteurs, une oreille attentive est prêtée à ces préoccupations. Il dit espérer que sous peu des avancées notables seront relevées. Et enfin, ‘’mettre en place le Waqf agricole avec le foncier des universités afin de satisfaire leurs besoins nutritionnels. Il avoue qu’au niveau de la Haw, ils travaillent sur le Waqf agricole depuis des années et que c’est extrêmement difficile’’.


www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess