Elections, propagande et « fabrication du consentement. (Par Cheikh Bakhoum)

Elections, propagande et « fabrication du consentement. (Par Cheikh Bakhoum)

La campagne des législatives 2022 s’achève. Les soutiens de chacune des 8 listes en lice ont pu sillonner notre pays qui s’est, à nouveau, par la sérénité et la mesure, montré fidèle à sa tradition démocratique. A la veille du scrutin il m’a semblé utile de proposer une certaine prise de hauteur et de partager quelques réflexions sur la tournure des débats.

 

Dans le champ politique on pourrait être tenté de considérer que l’on invente assez peu de choses, en vérité ; tout aurait dit depuis Machiavel. Sur ce fondement, je me suis posé une question, somme toute, assez simple : de quoi ce positionnement politique d’une partie de l’opposition est-il le nom ? Quelles en sont les sources d’inspiration assumées ou même inconscientes ?

 

Pour y répondre, je vous invite à une plongée éclairante dans quelques fondements théoriques de la propagande et du populisme.

 

De BERNAYS à TRUMP…

 

Edward BERNAYS est, sans doute, le père du consumérisme américain. Neveu de Freud, influencé par Lippmann et Le Bon, il conceptualise, au début du siècle dernier, la notion de propagande. Pour Bernays, il est démontré que le groupe n’a pas les mêmes caractéristiques psychiques que l’individu, et qu’il est motivé par des impulsions et des émotions que les connaissances en psychologie individuelle ne permettent pas d’expliquer. Partant de là, il se pose une question aux implications particulièrement effrayantes : « Si l’on parvenait à comprendre le mécanisme et les ressorts de la mentalité collective, ne pourrait-on pas contrôler les masses et les mobiliser à volonté sans qu’elles s’en rendent compte ? ». Bernays se propose « d’organiser le chaos » à travers une exploitation des médias de masse – bien avant les réseaux sociaux ! – et des nouvelles techniques scientifiques pour « cristalliser l’opinion publique et façonner les consentements ».

 

C’est dans cette filiation qu’il faut inscrire la propagande populiste d’aujourd’hui qui, quelque part, ne fait que mobiliser les nouveaux outils de communication du Web 2.0 sur ces mêmes schémas conceptuels éculés.

 

C’est bien ce que l’on constate en s’intéressant aux mouvements de droite extrême partout à travers le monde. Le même triptyque revient comme une antienne :

• Imposer un thème clivant ;

• Le promouvoir par la propagande ;

• Recueillir les dividendes électoraux dans une société fracturée.

 

De Donald TRUMP aux USA au FPO en Autriche en passant par Marine le Pen et Eric ZEMMOUR, ce modèle ne semble connaître aucune exception.

 

Trump avait réussi à instiller dans l’esprit de l’électeur républicain de base l’idée selon laquelle il n’y avait pas d’urgence plus grande que d…


www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess