Gakou « immerge » Macky dans les inondations

Près d’une semaine après les premières pluies enregistrées à Dakar et sa banlieue, réveillant la psychose des inondations chez certaines populations, Malick Gackou a entamé une tournée pré-hivernale dans les zones inondables de la grande banlieue dakarois

Près d’une semaine après les premières pluies enregistrées à Dakar et sa banlieue, réveillant la psychose des inondations chez certaines populations, El Hadji Malick Gackou, président du Grand parti (GP) a entamé une tournée pré-hivernale dans les zones inondables de la grande banlieue dakaroise hier, vendredi 2 juillet 2021. Ce périple intervient quelques jours après la présentation de Rapport de la Mission d’information parlementaire de l’Assemblée nationale sur les inondations, mardi dernier, et la sortie du chef de l’Etat sur ce sujet en Conseil des ministres, le lendemain, mercredi 30 juin 2021.

Chaque année, les populations de la grande banlieue dakaroise et, au-delà même, de plusieurs localités du Sénégal sont confrontées aux problèmes récurrents des inondations pendant l’hivernage. «Cette situation est insoutenable mais, également, elle est inacceptable. Nous ne pouvons pas considérer les inondations comme une fatalité. Mais, bien évidemment, pour le gouvernement sénégalais, les inondations sont une fatalité», a déclaré El Hadji Malick Gackou, président du Grand parti (GP) qui a initié une tournée pré-hivernale dans les zones inondables de la grande banlieue dakaroise hier, vendredi 2 juillet 2021. «C’est la raison pour laquelle, en tant qu’homme politique, en tant qu’enfant de la banlieue, nous avons entrepris cette tournée pré-hivernale pour être en contact avec les populations, pour les écouter, pour partager avec elles leurs préoccupations. Et nous savons tous, aujourd’hui, la principale préoccupation des populations de la banlieue, c’est comment gérer la question des inondations.

ADVERTISEMENT

Pour cela, nous avons entendu donc les populations des trois départements, nous avons compris leur message, qui est un message d’entraide, de solidarité. Et nous n’allons ménager aucun effort, avec nos moyens disponibles, pour accompagner ces populations face à cette calamité que constituent les inondations au Sénégal», a promis le leader du GP à Guinaw Rail, dernière étape du périple du jour qui l’a conduit tout à tour dans les communes de Wakhinane Nimzatt, Yeumbeul Sud, Keur Massar Sud et Keur Massar Nord, Diamaguene Sicap-Mbao et Thiaroye.

«TOUT LE MONDE SAIT, ET LE GOUVERNEMENT A FINI PAR L’ACCEPTER, QUE LA POLITIQUE DES INONDATIONS EST UN ECHEC»

Pour M. Gackou, le pouvoir en place a échoué dans gestion des inondations. «Tout le monde sait, et il faut l’accepter, et le gouvernement a fini par l’accepter, que la politique des inondations est un échec puisque, quand-même, depuis huit (8) ans, c’est le même refrain que le gouvernement nous chante. Comment dépenser plus de 500 milliards (de F CFA, ndlr) et nous retrouver avec des populations qui pataugent chaque année dans les mêmes circonstances. Et j’allais dire année après année dans des circonstances plus dramatiques. Nous allons tout faire pour engager, de manière résolue, après notre brillante victoire en 2024, pour mettre en exergue une politique d’aménagement du territoire à même de régler de manière définitive la question des inondations dans la région de Dakar. Les inondations ne sont pas une fatalité ; il suffit de la volonté politique, de la volonté de vouloir satisfaire aux désidératas nécessaires à même que, de manière irréversible, la question des inondations soit réglée dans la grande banlieue dakaroise. Cette volonté politique n’existe pas.»

MACKY SURNOMME «MADICKE», C’EST-A-DIRE «L’HOMME DES PROMESSES»

Selon lui, «le gouvernement nous habitué à des promesses non tenues. Toute la matinée, vous de la presse qui êtes avec moi, vous avez entendu les populations dire que l’homme aux promesses mirobolantes est venu l’année dernière ; mais, cette année, nous l’attendons de pied ferme puisque nous n’allons pas l’accepter. Et d’ailleurs, ils lui ont donné un sobriquet : «Madické», c’est-à-dire «l’homme des promesses». C’est pourquoi, nous somme à côté des populations. Et, ensemble avec celles-ci, nous allons pas à pas mener les actions utiles, efficaces afin que la problématique des inondations soit derrière les populations des trois départements et au-delà, de l’ensemble du pays», a-t-il dit, conformément à sa vision.

 «NOUS NE POUVONS PAS AVOIR LA PRETENTION DE REGLER LA QUESTION DES INONDATIONS, MAIS…»

Revenant sur son initiative, le président du GP qui a précisé qu’il n’a pas la prétention de régler le problème des inondations puisque n’étant pas aux pouvoir, a expliqué que, cette année, ils ont décidé de faire cette tournée pré-hivernale «pour toucher dans le réel des populations… Nous avons préféré entendre les populations, connaître leurs problèmes, les diagnostiquer avec elles et, en ce moment là, derrière, nous allons revenir pour les accompagner, sur la base de nos moyens propres. Nous ne pouvons pas avoir la prétention de régler la question des inondations puisque pour régler la question des inondations les populations m’auront confié leur destinée, leur engagement, leur détermination et leur enthousiasme à mettre Malick Gackou à la tête de ce pays pour que, de manière définitive, plus jamais au Sénégal, nous ne parlerons d’inondations, de cohésion sociale, d’inégalité ou de précarité… Le Grand parti n’est pas encore au pouvoir. Mais, je suis persuadé, avec l’espoir que nous incarnons, les populations savent parfaitement que nous sommes le parti de la vertu, du progrès, de l’espoir, le parti du peuple sénégalais, le parti du changement». Et de souligner que «pour l’heure, ce que nous pouvons faire, sur la base de nos moyens propres que nous allons mobiliser, les moyens de nos amis aussi, pour venir en aide aux populations, comme année après année. Nous avons entendu les populations nous dire quelles sont leurs préoccupations : c’est des motopompes, du carburant, c’est aussi de l’appui en matériel pour sauvegarder l’assainissement etc. Nous avons tout entendu et noté, mes équipes techniques vont apporter les réponses appropriées aux questions concrètes qui nous ont été posées par les populations. Et par la Grâce de Dieu et Sa Magnanimité, nous allons répondre à la volonté des populations».

MALICK GACKOU REPOND A OUMAR GUEYE, SUR LA SITUATION A KEUR MASSAR «Ces populations n’ont aucun espoir de voir résolue la question des inondations…»

Réagissant à la sortie du ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires et porteparole du gouvernement, Oumar Gueye, assurant les populations de Keur Massar, El Hadji Malick Gackou a relevé ceci : «Nous venons de Keur Massar. Depuis, ce matin nous avons fait les communes de Wakhinane Nimzatt, de Yeumbeul Sud, les communes de Keur Massar Sud et Keur Massar Nord, Diamaguene Sicap-Mbao, Thiaroye. Et là nous sommes à Guinaw Rail… Ces populations n’ont aucun espoir de voir résolue la question des inondations par le truchement de ce gouvernement-là. Bien évidemment, c’est un gouvernement de promesses, d’éléphants blancs, du désespoir. C’est un gouvernement de l’incarnation du progrès et du développement, les populations ne croient pas à ces dires. Puisque cette même population sait parfaitement que le gouvernement du président Macky Sall a chanté, a dit urbi et orbi, que depuis dix (10) ans le gouvernement a investi plus de 500 milliards pour régler la question des inondations. Mais demain encore, il va pleuvoir et il y aura de l’eau dans la rue, dans les maisons. Demain encore, il va pleuvoir et il y aura du désespoir et les populations vont pleurer. Et cela, nous n’allons pas l’accepter et nous allons y mettre fin». Et d’insister : «bien évidemment, nous allons revenir à côté des populations. Mais, vous savez, tout ce que nous faisons pour les populations, nous le faisons aussi discrètement, efficacement. Nous n’allons pas nous gloser pour dire qu’on a fait ceci ou cela mais la population de la banlieue sait parfaitement qui nous sommes… Et nous ne pouvons pas laisser notre peuple souffrir et il est inacceptable et inconcevable que l’Etat du Sénégal puisse continuer encore une fois à laisser les populations patauger et que les populations aient peur de la pluie». Déjà mardi dernier, face aux députés à l’Assemblée nationale, lors de la présentation du Rapport de la Mission d’information parlementaire sur les inondations, la ministre Oumar Guèye avait annoncé qu’en plus de la première phase du Projet de gestion des eaux pluviales (Progep1) qui a couté 60 milliards et d’importantes réalisations de son second volet déroulé en phase d’urgence à Keur Massar, «toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour que Keur Massar ne soit pas inondé cette année».

GACKOU SUR LE 3E MANDAT DE MACKY EN 2024 «Je crois que, le mo- ment venu, le Conseil constitutionnel fera son travail…»

Alors qu’il se positionne déjà pour la présidentielle de 2024, le leader du Grand parti (GP), El Hadji Malick Gackou a été interpellé sur la question du troisième mandat du président Macky Sall, à l’issue de sa tournée pré-hivernale hier, vendredi, dans des zones d’inondations en banlieue. En réponse, il a soutenu que cette question est déjà réglée par la Constitution et espère que les juges constitutionnels feront leur travail. «Ma position par rapport à la candidature pour un troisième mandat du président Macky Sall est celle du peuple sénégalais : «Personne ne peut faire plus de deux mandats consécutifs au Sénégal». Je crois que c’est clair ; cette question a été réglée par la Constitution. Et, je crois que, le moment venu, le Conseil constitutionnel fera son travail. Mais, pour moi, c’est une question qui est déjà dépassée. Aujourd’hui, la question qu’il faut se poser, c’est de savoir quelle alternative trouver par rapport à l’actuelle politique du président Macky Sall ; cette politique-là, elle est néfaste, destructrice, elle ne répond pas à la volonté populaire. Et la volonté populaire aujourd’hui qui est manifeste, c’est la volonté du changement, la volonté du progrès et du développement. Et cette volonté-là, elle est fortement incarnée par le Grand parti (GP) et son système de valeur qui est un système de valeur de solidarité, de cohésion nationale, d’entraide et de croissance inclusive.»

Sud Quotidien

Source : Xalima.com

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

Lycée des Parcelles Assainies : Du nouveau dans l’affaire de l’élève tµé lors d’une bagarre rangée

Next Post

Point Covid-19 : 200 nouvelles contaminations et 01 décès ce samedi

Related Posts