Mon histoire avec le virus de la COVID (Par Bara Diouf)

Le Lundi matin du 28 Juin, sur la route pour aller prendre le taxi pour le bureau, j’ai été frappé d’une série de crampe à l’abdomen. C’était violent et terrible. Deux détails avaient retenu mon attention, je commençais à perdre l’appétit et ma langue devenait fade et lourde dans ma bouche, en sortant je ne sentais plus mon parfum ou très faiblement.

Depuis le Vendredi précédent, je ressentais des signes de grippes avec une particularité des sueurs froides accompagnées d’une fatigue et d’une toux persistante avec une gorge irritée.Je n’avais pas de fièvre. Et j’ai fait deux épisodes de diarrhée.

À aucun moment, je n’ai pensé à la COVID parce que je n’avais pas de fièvre ( grosse erreur).

ADVERTISEMENT

Une fois au bureau, je me sentais de plus en plus mal et je suis allé chez le médecin. Après consultation, il me prescris un traitement contre la grippe.

Une heure après, il me demande de repasser au cabinet pour faire un test rapide Antigénique pour s’assurer du diagnostic.Au bout de 10 mn, après introduction d’une tige au fond du nez, le résultat sur le test montre deux barres très visibles : c’est confirmé, le médecin « Bara tu fait un Covid, mais soit rassuré c’est un Covid crème, cela va passer ».

Sur le moment, j’ai eu la hantise de transmettre ce virus à ma famille surtout mes parents.

La consigne était simple : prendre le traitement, rester confiné et alerter le médecin en cas de difficultés respiratoires. J’avais une saturation normale à 98%, donc je ne développais pas de forme grave du Covid.

Le 28 Juin, le début du vrai calvaire avec ce monstre invisible.

La douleur physique est innommable : le pire aura été le mal au dos, qui paralyse complètement les muscles du dos, jusqu’au lombaire et touchant même l’arrière de la cuisse. Il m’était impossible de pouvoir bouger sans une douleur vive, continue, pendant plusieurs heures. Jamais de ma courte vie, une douleur n’a été aussi pénible physiquement. À titre d’exemple, je devais aller faire des analyses le Jeudi 08 Juillet, réveillé à 5h du matin, je ne parvenais à sortir de mon lit qu’à 10h du matin, à cause de ce terrible mal de dos dû au variant delta.

À cette douleur physique, il faut ajouter la perte totale d’appétit, totalement, même boire un verre d’eau devenait un calvaire. Pire, malgré la perte de l’odorat, tout repas, toute nourriture devant moi, dégageait une odeur nauséabonde, qui declanchait une envie terrible de vomir même avec un ventre vide.Il fallait se forcer à manger quelques fruits pour pouvoir prendre les médicaments.

Mais le pire, dans cette maladie n’est pas la douleur physique mais plutôt le choc psychologique. À croire que ce virus, déclenche des hormones de pensée négative, de stress continuel et spleen perpétuel. Penser à Allah était la seule échappatoire. Gloire à lui.

Au bout de sept jours de prise du traitement Chloroquine, Azytromicine Vitamines C, zinc, j’ai commencé à me sentir mieux et à retrouver l’appétit et l’odorat.J’ai aussi renforcé mon organisme par des plantes Naturelles ( Mbanta Maré, Nguer, Ail, Citron….) et aussi avec l’eau de mer ( lebou môme Gedj moy 2e phamacie wam)…..Le Samedi 17 Juillet, je n’avais plus aucun signe et un 2e test rapide conclut à l’absence du virus dans mon organisme.

La COVID est une maladie très dangereuse même dans les formes non graves.Nous connaissons tous, un ami, un parent malade et malheureusement certaines familles sont décimées par la mort du Covid.Prenez de grâce, toutes les mesures de protection édictées par les professionnels de la santé.

Allez vous faire vacciner, n’écoutez pas les théoriciens du complot et autres illuminés qui vous disent que la COVID est une simple grippe.

De grâce, la COVID n’est pas une maladie honteuse et une prise en charge dès les premiers signes peut vous sauver des formes graves et potentiellement mortelles.

Lundi 19, À la reprise du boulot.Même après un mois, on ne retrouve pas son niveau physique normal, l’appétit n’en parlons pas.Mo taxx, Tabaski bi fokk niou deffat ko.Merci à tous ceux qui m’ont appelé et prié pour moi.Que dans sa bonté absolue, Allah nous préserve de ce chaos.Bara DioufAncien covidéPS : Dites à l’irresponsable de Mermoz, que baalou ma koPS 2 : Pourquoi le gouvernement ne facilite pas l’accès au test rapide dans toutes les structures de santé ?

Bara Diouf

https://www.facebook.com/story.php?story_fbid=4643702738991849&id=100000565075751

Source : Xalima.com

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess