SenCaféActu du 11 Juin 2022

1- Sonko apporte la réplique à la sortie de Macky et révèle : « on a tenté de m’assassiner après le rassemblement de mercredi »

Ousmane Sonko a apporté une réplique à la sortie du Président Macky Sall jeudi sur les médias français (RFI et France 24) en dénonçant une hypocrisie dans sa démarche de médiateur en Russie pour le déblocage des importations du blé ukrainien, alors que, selon lui, il asphyxie au même moment le peuple frère du Mali depuis plusieurs mois en bloquant l’essentiel de ses importations qui passent par le Sénégal. « Macky Sall n’est pas un panafricain. Il veut profiter de son mandat de président de l’Union Africaine pour se racheter une notoriété internationale parce qu’il a perdu toute notoriété dans son propre pays. Ce dans le but d’avoir des soutiens pour son projet de 3e mandat ou d’espérer de ces pays occidentaux qui le manipulent qu’ils l’accueillent quand les choses vont dégénérer », attaque Sonko.

Parlant de l’arrestation du député Cheikh Abdou Bara Dolly, « Nous ne partageons pas les propos d’Abdou Bara Doly. Parce que nous avons toujours dit qu’en matière de politique, il ne faut pas s’attaquer à la vie privée des gens. La politique, c’est ne pas insulter ou injurier. Même si tout le monde peut se tromper », a-t-il déclaré. Il a cependant dénoncé une justice aux ordres du régime en place qui a laissé en liberté un responsable de l’APR qui appelé publiquement à le tuer. Des propos et menaces qui, selon lui, sont plus graves que ceux tenus par le député de Wallu arrêté, rapporte Pressafrik.

Ousmane Sonko a par ailleurs révélé avoir échappé à un projet d’assassinat mercredi, après le Grand rassemblement organisé par la coalition Yewwi Askan Wi. Il affirme que l’un de ses véhicules sur lequel il était monté avant de changer, a été saboté. « Pensant certainement que j’allais prendre le même véhicule en venant au Rassemblement, des individus sont allés saboter trois des roues pour provoquer un accident. Au retour, j’ai pris un autre véhicule. Mais mon chauffeur qui conduisait ce véhicule s’est rendu compte d’une anomalie. Heureusement pour lui qu’il ne pouvait pas roulait à vive allure à cause de la foule qui nous accompagnait. Le lendemain, quand il est allé voir le mécanicien, ce dernier lui a dit que s’il avait roulé ne serait-ce qu’à 70 kilomètres/heure, un drame allait se produire. Nous avons affaire à des assassins ».

2- Sénégal : Le gouvernement annonce l’arrestation des rebelles lors de la manifestation de l’opposition

Le ministre des Collectivités Territoriales, par ailleurs porte-parole du Gouvernement, Oumar Gueye, a affirmé sans ambages qu’au dernier rassemblement de la coalition de l’opposition, il y avait bel bien la présence des rebelles. Mieux, il est allé même jusqu’à confirmer leurs arrestations. 

« Oui, c’est la vérité, nous avons arrêté des rebelles lors de la dernière manifestation », a-t-il annoncé, ce vendredi, face à la presse. A en croire le ministre Oumar Gueye il est clair que ces rebelles arrêtés à temps, « chercher à déstabiliser le pays ».

Le porte-parole du gouvernement prévient ce sujet que le président Macky Sall en synergie avec son gouvernement ont pris toutes ses dispositions pour « la sécurisation du pays ». A ceux qui tentent cela de « déchanter très rapidement », a fait savoir le ministre. Parce que répète-t-il, « il faut se rendre compte qu’effectivement lors des dernières manifestations il y a eu des rebelles et la justice va faire son travail par rapport à cette situation », relate Pressafrik.

A noter que le pour le moment ni le ministre de l’Intérieur chargé de la politique sécuritaire du pays, encore moins la gendarmerie n’a communiqué sur la « présence supposée des rebelles » au rassemblement pacifique de la coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal, mercredi dernier. 

3- Offense au chef de l’Etat : Cheikh Abdou Bara Doly placé sous mandat de dépôt ce vendredi, a passé sa première nuit en prison

Cheikh Abdou Bara Doly a passé sa première nuit en prison. D’après Liberation online, il est inculpé et placé sous mandat de dépôt par le doyen des juges pour offense au Chef de l’Etat, diffusion de fausses nouvelles et diffamation ce vendredi.

4- Distribution de blé en Africain : Poutine livre une importante cargaison au Mali

Importante cargaison de blé destinée à la consommation du Mali. Ce sont, en tout, 11 000 tonnes de blé que la société « Alport Conakry », filiale du groupe truc Albayrak (titulaire de la concession du Terminal Conventionnel de l’infrastructure portuaire) a réceptionné en fin mai, renseigne Exclusif.net.

Pourtant Macky Sall, président en exercice de l’Union Africaine, a appelé à créer les conditions pour l’exportation des céréales ukrainiennes, en particulier du blé dont dépendent surtout les pays africains qui vivent sous la menace d’une crise alimentaire depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine.

Selon plusieurs sites d’informations maliens (malijet.com et bamada.net), cette l’importante quantité de céréale était en train d’être déchargée la semaine dernière pour être acheminée vers Bamako par voie terrestre. Ce blé appartient aux grands importateurs maliens que sont le Groupe Kéita, Grands Moulins du Mali et Moulins du Sahel.

Le Port de Conakry a entamé des manœuvres stratégiques visant à conquérir une bonne partie du marché sous-régional. Et avec l’embargo imposé au Mali par la Cédéao et l’Uémoa le 9 janvier 2022, cette infrastructure portière a franchi un cap dans son ambition de devenir un hub dans la sous-région. Pour atteindre cet objectif, les autorités portuaires guinéennes ne lésinent plus sur les moyens.

5- Arrestation de Cheikh Bara Dolly : L’inter coalition YAW-Wallu évoque le cas Amath Suzanne Camara et parle de deux poids deux mesures

Le député Cheikh Abdou Bara Dolly a été placé ce vendredi sous mandat de dépôt pour offense au président de la République. L’inter coalition Yewwi Askan Wi – Wallu à laquelle il appartient a dénoncé un deux poids deux mesures en évoquant le cas du responsable de l’APR, Amath Suzanne Camara qui a appelé publiquement à tuer Ousmane Sonko.

« La Grande coalition Wallu Sénégal s’interroge sur la prompte attitude de la justice à opérer des arrestations arbitraires à l’encontre d’opposants tout  en laissant libre Monsieur Ameth Suzane Camara, membre de  l’Apr, dont les propos d’appel au meurtre d’opposants sont explicites et très graves », lit-on dans un communiqué parvenu à PressAfrik

La Grande Coalition Wallu Sénégal marque toutefois son total désaccord quant à tout propos indécent, menaces et insultes d’où qu’ils puissent venir.  

À DÉCOUVRIR

Elle appelle à la raison tous les acteurs politiques. « Ces dérives verbales ne font qu’inhiber la vraie question de l’organisation d’élections législatives transparentes et équitables, dans la paix et la stabilité , et qui, in fine, pousseront le régime finissant de BBY à la cohabitation », alerte Wallu. Avant de demander « la libération immédiate de l’Honorable député et l’arrêt de toutes les  poursuite ».

6- Actu internationale

• Éthiopie : Vers des négociations entre le gouvernement et les rebelles tigréens sous l’égide de l’UA ?

Se dirige-t-on vers des négociations en Éthiopie, entre le gouvernement d’Abiy Ahmed et les rebelles tigréens du TPLF, plus d’un an et demi après le début de la guerre au Tigré ? Il semble que le processus mené par l’Union africaine soit en passe de porter ses fruits, indique Rfi. Une trêve humanitaire est en place depuis mars. Peut-on espérer plus ?

• Guinée-Bissau : Trois ministres limogés au lendemain de leur nomination

Par décret ce vendredi, le président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, a limogé les trois ministres qu’il avait nommés la veille lors de la formation d’un nouveau gouvernement. « Il est mis fin aux fonctions de ministre de MM. Tcherno Djalo (Éducation), Fernando Dias (Ressources naturelles) et Mario Fambe (Énergie et industries) », indique le décret.

Les trois ministres n’ont pas pris part à la cérémonie d’investiture du nouveau gouvernement vendredi « et n’ont fourni aucune explication justifiant leur absence », a précisé la présidence dans un communiqué parvenu à Rfi.

Les trois ministres limogés sont tous membres du Parti de la rénovation sociale (PRS), une formation membre de la coalition au pouvoir, menée par le parti présidentiel Madem. Leur absence de la cérémonie d’investiture serait liée au mécontentement par la manière dont a été formé l’exécutif.

• Afrique du Sud : Suspension de «madame anticorruption» par le président Ramaphosa

C’est un nouvel épisode dans la lutte contre la corruption : le chef de l’État a suspendu, jeudi soir, la médiatrice de la République. Elle était chargée de contrôler les agissements de l’exécutif et le bon usage de l’argent public, informe Rfi. Sa mise à l’écart fait grand bruit, car elle venait tout juste de lancer une enquête sur le président Cyril Ramaphosa.

7- Actu sports

• Ligue des Nations : Rien ne va pour la France, tenue encore en échec face à l’Autriche

Longtemps menée par l’Autriche, l’équipe de France a arraché le point du match nul 1-1 face à l’Autriche grâce à un but de Kylian Mbappé, entré en jeu ce vendredi à Vienne en Ligue des nations. Les Bleus enregistrent un troisième match sans victoire avant de défier la Croatie lundi soir au Stade de France.

Victorieuse de la dernière édition, l’équipe de France est méconnaissable depuis le début de cette Ligue des Nations 2022/2023. Sur une mauvaise série de deux matches sans victoire, la France devait remporter son premier match dans cette compétition, mais peinait encore à montrer des signes positifs.

• Coupe du Monde 2022 : La FIFA donne raison à l’Equateur, qui sera bien présent au Mondial (officiel) !

La commission disciplinaire de la FIFA a rejeté les réclamations du Chili contre l’Equatorien Byron Castillo. La Tri sera bien présent à la Coupe du Monde 2022.

En toute logique, le Chili et l’Italie vont bien suivre la Coupe du Monde à la maison. Réunie ce vendredi, la commission de discipline de la FIFA a donné raison à l’Equateur concernant la participation de Byron Castillo au match de qualifications à la Coupe du Monde 2022, dans la zone Amérique du Sud.

Une plainte avait été déposée par les Chiliens accusant le milieu de terrain du Barcelona SC, Byron Castillo, d’avoir falsifié des documents pour cacher que sa véritable nationalité est colombienne. Une réclamation qui donnait espoir à La Roja ou encore l’Italie à être repêchée pour participer au Mondial Qatar 2022.

Ainsi alors, l’Equateur va bien disputer sa quatrième phase finale de Coupe du Monde. La Tri, après avoir gagné le mérite de terminer 4e à l’issue des qualifications dans sa zone derrière le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay, a été logée dans le Groupe A, en compagnie du Qatar, du Sénégal et des Pays-Bas.

• Ligue 1 et Ligue 2 : Programmes des 26e et dernières journées du championnat

La Rédaction de SenCaféActu

via SenCaféActu

A lire aussi

Commentaires

Instagram

#LuBess