Top 5 du 17 Août 2021

1- Inondations à Keur Massar : Pastef demande l’audit du projet du gouvernement…

Les responsables du Pastef de Keur Massar dénoncent la gestion par le régime de Macky Sall du projet de lutte contre les inondations. Pour les lieutenants de Sonko, le chef de l’Etat et son gouvernement font du pilotage à vue et ne connaissent pas le sens des priorités, vu l’ampleur des dégâts causés par la pluie.

Les camarades du leader de Pastef, Alassane Touré et Ousmane Kébé demandent un audit du projet de 15 milliards destinés aux inondations. Selon les membres du Pastef cités par senego, il est indispensable de connaître où sont passés ces milliards, alors que les populations souffrent à chaque fois que les premières gouttes tombent.

2- Bfem-Affaire Diaz School : L’Inspection d’Académie (IA) de Pikine-Guédiawaye rétablit la vérité des faits

L’IA soutient dans un premier temps qu’aucune lettre de contestation n’a été déposée au niveau de ses services mais également qu’aucun candidat du centre n’a été menacé. Mieux, précise-t-elle : « 55 candidats sont inscrits pour cette école privée dont 4 sont absents et 7 n’ayant pas terminé l’examen (Parmi ces 7 candidats, 4 ont été pris en flagrant délit de tricherie et mis à la disposition de la police et 3 ont abandonné) donc 44 ont composé sur toutes les épreuves ».

Toutefois, renchérit M Sène, « après une deuxième exploitation des notes et documents d’examen, il a été constaté qu’aucun candidat, parmi les 44, n’a eu la moyenne requise pour passer au second tour du Bfem ».

Enfin, conclut le communiqué, « les jurys n’ont aucun intérêt à faire échouer des élèves. L’admission ou l’échec d’un candidat est prononcé sur la base de l’arrêté ministériel N 018350 du 5 Mai 2021 fixant les modalités pratiques d’organisation de l’examen du Bfem ».

Pour rappel, le directeur des Cours Privés Serigne Abdou Karim Mbacké « Diaz School » avait rédigé une lettre de contestation, dans laquelle était mentionné que sur plus de 80 candidats au Bfem, aucun n’était sorti, ni au premier ni au second tour.

3- Concours général 2021 : Le chef de l’Etat offre 2 bourses d’excellence aux jumelles bachelières et baptise l’université de Matam au nom du Pr Souleymane Niang

À DÉCOUVRIR

Les jeunes bachelières de 13 ans de cette année ont été invitées spécialement à la cérémonie par Macky Sall. La prouesse qu’elles ont effectuée a été reconnue par le chef de l’Etat. Ce dernier a annoncé, lors de la cérémonie, qu’il offre deux bourses d’excellence aux brillantes jumelles.

En effet, les demoiselles Diaw, âgées tout juste de 13 ans ont décroché leur baccalauréat en série S2. Une bourse d’excellence leur sera attribuée, sur instruction du président de la République.

Aminata et Rawa Diaw sont des sœurs jumelles habitant à Yeumbeul. Elles sont les plus jeunes bachelières de cette année.

Le chef de l’Etat a aussi décidé d’honorer Pr Souleymane Niang, parrain de la 60eme cérémonie de remise des prix du Concours général. Macky Sall a annoncé que la future université de Matam portera le nom de l’ancien Recteur de l’Ucad et brillant scientifique, le Pr Souleymane Niang.

4- Rebondissement après les évènements de Mars : Auchan obtient du Khalife des mourides l’ouverture d’un magasin halal lors du Magal

C’est une forte délégation qui a été dépêchée par Auchan chez le khalife Général des Mourides. L’institution sacrifie à une de ses traditions à chaque veille de Grand Magal. Momar Lô et ses collaborateurs remettront en guise d’aadiya 19 tonnes de riz, de l’huile, plus de 800 litres d’eau etc… 
Auchan prévoit aussi de soutenir les daara de la cité mais aussi d’installer un magasin halal. L’aval du Patriarche de Darou Miname a été obtenu et la structure devrait être installée dans les prochaines semaines, d’après nos confrères de dakaractu.

5- Affaire Kilifeu : Le mouvement des étudiants et élèves de l’APR ne lache pas le morceau et incrimine Y’ en a marre

Selon le Meer, « l’affaire Kilifeu a sérieusement sonné Y’en a marre et les réactions observées au sein de l’organisation en disent assez. On n’a pas entendu Thiat, partenaire de toujours du mis en cause dans le groupe de rap Keur Gui qui a servi d’embryon à Y’en a marre. Thiat est plus qu’un partenaire pour Kilifeu. C’est son ami de très longue date, son fidèle compagnon, son double. L’un n’est jamais allé sans l’autre. Thiat, c’est aussi la langue pointue et le propos insolent, prompt à sortir les gros mots. Mais cette langue vive et ce vocabulaire à la limite des convenances qui se voudraient au service de la défense des valeurs, il semble les avoir perdus face à des méfaits plus constants et plus graves que tout ce qu’il n’a jamais eu à dénoncer. Que pense-t-il de ce qui est reproché à son plus que partenaire », s’interroge le Meer National dans son communiqué exploité par seneweb.

 Mieux, soulignent-ils, « On n’a pas non plus entendu Fadel Barro, le premier dirigeant de Y’en a marre qui, avec Kilifeu et Thiat, forment le noyau originel auquel se sont greffés par la suite d’autres éléments pour donner l’organisation dans sa configuration connue. Barro s’est toujours voulu l’idéologue du groupe et bien que n’étant plus à la tête du mouvement, il était attendu par certains, ne serait-ce que pour rassurer sur l’actualité et l’impersonnalité de son engagement. On avait besoin de l’entendre dénoncer fortement les pratiques de son camarade, de la même manière qu’il l’aurait fait avec véhémence et virulence s’il s’agissait d’actes perpétrés par un membre ou un proche du pouvoir comme ils disent. A croire que pour ces croisés des valeurs et des mœurs, le mal n’est mal que lorsqu’il est imputable dans l’univers du pouvoir ».

La rédaction de SenCaféActu

via SenCaféActu

A lire aussi

Commentaires

Instagram

#LuBess