Top 5 du 23 Novembre 2021

1- Plainte collective des femmes contre Amina Badiane

L’affaire Miss Sénégal se corse. Selon une information livrée par Maimouna Astou Yade, Présidente de J-Guen, activiste et féministe, une plainte collective sera déposée par la présidente du comité d’organisation de Miss Sénégal. «Mobilisation ce mercredi 24 Novembre à 9h au tribunal pour déposer collectivement nos plaintes individuelles contre Aminata Badiane et le comité d’organisation de Miss Sénégal devant le Procureur de la République », a-t-elle annoncé.

Ce, pour apologie de viol et bien d’autres faits graves. Un moyen aussi selon Maimouna Astou Yade, « soutenir ensemble notre sœur Mamico Coco » déjà visée par une plainte pour diffamation contre Amina Badiane.

« Aujourd’hui nous devons nous lever unanimement en tant que femmes pour dénoncer les violences contre les femmes et ce sera notre belle manière de lancer les 16 jours d’activisme au Sénégal.
Cette action est portée par l’ensemble des groupes de femmes sur Facebook, Les organisations féministes et les activistes féminines.
Elle ne porte l’effigie d’aucune organisation formelle ni d’aucune personne particulière. C’est l’action des femmes Sénégalaises », précise la féministe, rapporte Seneweb.

2- Mansour Faye : “Le TER va rouler le 23 décembre prochain, il n y aura pas de report”

Le ministre des Infrastructures et des Transports terrestres signe et persiste que le Train Express Régional (TER) va rouler le 23 décembre prochain. Mansour Faye a bien confirmé la date, ce lundi, lors d’une rencontre avec la presse, à Saint-Louis. 

“Le Train Express Régional va rouler. C’est un engagement du chef de l’Etat de mettre en exploitation commerciale le Ter avant la fin de l’année. La date inaugurale est maintenue pour le 23 décembre“, a fait savoir Mansour Faye.

Face aux multiples reports de l’inauguration de ce bijou, le candidat à la mairie de Saint-Louis rassure qu’”il n y aura pas de report. Le Ter va bien rouler“, dit-il.

Lancé le 14 décembre 2016, le Train express régional (Ter) devait être opérationnel 25 mois après. Plusieurs dates de mise en service ont été annoncées, sans jamais être respectées. “D’un coût global de 568 milliards FCfa, toutes infrastructures incluses, les travaux de cette première phase vont durer deux ans et être achevés en 2019. Nous sommes le mercredi 14 décembre 2016. Je donne rendez-vous aux entreprises partenaires le lundi 14 janvier 2019 pour inaugurer la ligne et faire le premier trajet Dakar-Diamniadio en Ter», avait promis le chef de l’Etat.

Depuis, que de rendez-vous ratés, que de paroles manquées. 06 septembre 2019 et 30 novembre 2019 étaient aussi des dates ratés, relate Senego.

3- Kabirou Mbodj, Pdg Wari : « Au Sénégal, on détruit les initiatives locales au profit d’intérêts étrangers »

Le PDG de Wari, Kabirou Mbodji, solde ses comptes. Dans un entretien avec L’Observateur, il accuse l’État d’avoir empêché le rachat de Tigo par Wari.

L’homme d’affaires indexe un ex-Premier ministre et lui reproche d’avoir orchestré des magouilles avec son beau-frère pour casser l’achat de Tigo par Wari.

À DÉCOUVRIR

Kabirou renseigne que ces derniers l’ont dénigré outrageusement pour offrir Tigo sur un plateau à Xavier Niel de Free, dans un consortium où «un Sénégalais s’est présenté comme l’alternative afin de récolter des miettes».
«(…) Au Sénégal, on cible les initiatives locales pour les brider, voire les détruire, au profit d’intérêts étrangers, au détriment de l’intérêt collectif de nos pays. Cela perdure depuis la nuit des temps où nos propres frères vendaient les nôtres aux colons contre rémunération (…)», a-t-il martelé.

Il enfonce le clou : «Au Sénégal, nous déplorons le fait que l’État n’ait pas pris la mesure des conséquences des multiples attaques contre Wari qui sont à l’origine de la perte de dizaine de milliers d’emplois». (Avec Seneweb)

4- “Kilifeu en grève de la faim, sa famille n’arrive même plus à le joindre…”

Le rappeur et membre du mouvement Y’en a marre, Landing Mbissane Seck dit Kilifeu, a entamé une grève de la faim pour exiger une liberté provisoire après plusieurs refus de ses demandes.

Le fondateur d’Afrikajom Center, Alioune Tine exprime sa grave préoccupation face à la situation du rappeur et activiste Kilifeu. D’après lui, le rappeur a décidé d’arrêter de s’alimenter et sa famille n’arrive plus à le joindre.

” J’exprime ma grave préoccupation face à la situation de l’artiste activiste Kilifeu. Il a arrêté de s’alimenter, sa famille n’arrive même plus à le joindre”, a twetté Alioune Tine. Se disant très préoccupé par sa situation, Alioune Tine demande à ce que les autorités judiciaires soient plus clémentes et lui accordent une liberté provisoire.

Pour rappel, le rappeur Simon a pu bénéficier d’une liberté provisoire lors de son dernier face à face avec le juge. Par contre Kilifeu est toujours maintenu en prison. Et selon Y en a marre, rien ne justifie ce maintien, puisqu’il remplit toutes les conditions pour une mise en liberté provisoire.

5- Orange écrase ses prix pour contrecarrer Wave : La bataille prend un nouveau tournant!

C’est un nouveau tournant dans la bataille entre les deux principaux concourants du mobile money au Sénégal. Orange Money a annoncé une nouvelle baisse de ses tarifs pour contrecarre l’avancée de Wave.

La féroce bataille entre Wave et Orange Money vient de franchir un nouveau palier. En effet, à son arrivée sur le marché, Wave avait complètement cassé les prix. Ce qui a fortement secoué Orange Money qui a vu le marché lui échapper. Aujourd’hui, pour sortir la tête de l’eau et reprendre la main, il vient d’instaurer de nouveaux tarifs.

Désormais, les frais de retrait sont gratuits chez Orange Money et les frais d’envoi sont fixés à 0,8%, là où Wave les facture à 1%. Il en a fait l’annonce ce mardi. Ce coup sera-t-il suffisant pour contrecarrer la marque au Pingouin?

Bien que ces tarifs soient rendus publics aujourd’hui, il y a quelques mois déjà, Alioune Ndiaye, le Directeur général d’Orange Middle East and Africa, avait clairement identifié le problème. Il avait indiqué la voie à suivre pour arrêter l’hémorragie.

«Notre riposte doit être rapide et efficace. Il faut changer notre modèle économique. Nous n’avons plus le choix. Le modèle qui fait payer au client le retrait de son argent ne peut vivre longtemps. Il faut adapter nos tarifs en conséquence», avait-t-il indiqué. (Avec Gfm)

5 (bis)- Keur Massar : Mystère autour de la disparition des 2 filles du maire

A Keur Massar, deux files du maire Moustapha Mbengue sont introuvables depuis hier en début de soirée. Les proches du maire évoquent un « enlèvement » en indiquant qu’elles auraient été enlevé par une « femme de teint clair », aperçue souvent devant le domicile de Moustapha Mbengue. Dans tous les cas, une enquête a été ouverte par la gendarmerie qui tient une piste sérieuse. (Avec liberation online)

via SenCaféActu

A lire aussi

Commentaires

Instagram

#LuBess