Top 5 du 24 Novembre 2021

1- Présidence : Serigne Bassirou Guèye nommé Ministre conseiller

L’ancien procureur de la République du Tribunal de Grande Instance (Tgi) de Dakar n’a pas chômé après son remplacement lundi dernier, en Conseil supérieur de la magistrature.

Le journal L’As nous apprend que Serigne Bassirou Guèye a été nommé hier-mardi, ministre conseiller en charge des affaires juridiques par le Président Macky Sall. Il remplace à ce poste, le juge Demba Kandji, nouveau Médiateur de la République, renseigne Pressafrik.

2- Affaire Miss Sénégal : Près de 200 plaintes déposées devant le procureur ce mercredi, Mamico Coco la grande absente au Tribunal

Activistes, féministes, sympathisantes, administratrices de groupe. Elles étaient près d’une cinquantaine de femmes rassemblées devant le tribunal de Dakar, ce matin.

Elles ont porté plainte contre Aminata Badiane, présidente du comité d’organisation de «Miss Sénégal» pour apologie du viol. Issues de plusieurs quartiers de Dakar, elles veulent que le scandale qui secoue le Sénégal depuis quelques jours soir tiré au clair.

Sur place dès 9h00, B.S interrogée par Seneweb, estime « que l’affaire miss Sénégal est un scandale et le Procureur aurait dû s’auto-saisir depuis le début, mais ceci n’a pas été fait. Ce qui est le plus grave c’est qu’une plainte a été déposée contre Mamico Coco pour diffamation alors que la seule chose qu’elle a fait c’est de permettre aux supposées victimes de parler ».
Mariama Kébé, n’était pas présente sur les lieux a constaté Seneweb. Selon M. F., une des figures de proue de cette lutte menée par les femmes contre le comité d’organisation de Miss Sénégal, elle a été retenue pour une affaire.
« Nous ne pouvons pas encore nous prononcer par rapport à son absence », martèle la dame M.F présente au Tribunal.

Pour rappel, cette plainte collective fait suite à un élan de solidarité né sur les réseaux sociaux envers Mamico et Kader Gadji. Ces derniers ont été visés par une plainte d’Amina Badiane pour diffamation. Les avocats de la présidente du comité ont aussi porté plainte contre X.

3- Charte de la non violence : Sonko persiste et réaffirme qu’il ne la signera pas

En conférence de presse à l’instant au siège de son parti, Ousmane Sonko est revenu sur ses propos tenus dimanche sur la Charte de la non-violence initié par des imams sénégalais.

Le leader de Pastef les Patriotes a précisé d’emblée qu’il ne parlait pas au nom de la coalition Yewwi Askan Wi, quand il déclarait qu’il ne signerait pas ladite charte.

Accusé par une certaine opinion d’être un partisan de la violence, Ousmane Sonko est revenu sur toute la violence qu’il dit avoir subie depuis 2015, date à laquelle il a créé son parti. Parlant de sa radiation de la fonction publique par décret présidentiel, l’assassinat de la responsable de Pastef à Keur Massar, Mariama Sagna, l’attaque de son siège à Nord Foire, le 23 janvier 2019, l’attaque de son cortège à Saint-Louis par des hommes qui appartiendrait au ministre Mansour Faye, une autre attaque de son convoi à Fatick…

À DÉCOUVRIR

Ousmane Sonko de poursuivre en évoquant les événements de mars 2021et toutes les violences qui ont eu lieu pendant cette période, occasionnant la mort de 14 jeunes sénégalais.

Le leader de Pastef Les Patriotes a également rappelé sa bagarre à l’Assemblée nationale avec le député de Benno Bokk Yakaar en juin 2021.

Les attaques perpétrées contre Ousmane Sonko à Ziguinchor par des éléments de Doudou Ka les 15 et 31 octobre derniers font aussi partie du bilan de violences dont Macky et son régime seraient les instigateurs.

 Revenant sur la Charte de non-violence, il a demandé aux Imams qui l’ont initiée, d’avoir le courage d’aller dire à Macky Sall d’arrêter la violence qu’il exerce sur l’opposition. « Si ces Imams sont animés de bonne foi, qu’ils aillent prendre la main de Macky Sall pour lui dire d’arrêter la violence. Autrement, qu’ils nous laissent régler le problème à notre manière », a-t-il déclaré face à la presse ce mercredi. (Avec Pressafrik)

4- Harouna Bâ, l’étudiant aux 146 vidéos pornographiques, 10.000 images obscène et 50 viols présumés

Si ces viols sont avérés, il gagnerait sûrement le triste record du « meilleur » violeur ou ferait partie d’un groupe restreint.
En effet, le journal L’Observateur a récolté les confidences des victimes présumées de Harouna Dia, cet étudiant qui détient un triste palmarès en matière de moeurs.

Accusé d’avoir commis au moins cinquante (50), viols, il a été vu à la loupe par ses victimes. Cependant, lors de la perquisition de la police, il a été trouvé 146 vidéos pornographiques et de dix mille (10.000) images compromettantes trouvées dans son ordinateur.

5- Kabirou Mbodj de Wari condamné!

Kabiru Mbodj  a été condamné dans le procès qui l’oppose à ses ex associés.

Deux ans dont six mois ferme et 5 milliards de francs Cfa à payer aux plaignants, C’est la sentence infligée à Kabiru Mbodj, ce mercredi, dans le procès qui l’oppose à ses ex associés.

Me Seydou Diagne, avocat de la partie civile, s’est réjoui quant à la décision du Tribunal pour ce qui concerne « l’abus de biens sociaux » et de la peine infligé au Patron de Wari. Mais,  la robe noire et ses clients comptent interjeter appel quant à l’amende.

«Nous demandions des milliards et le Tribunal nous en a accordé 5 milliards à payer à mes clients. Nous, nous nous attendions à plus de 5 milliards puisqu’on réclamait 20 milliards de francs Cfa. C’est pourquoi nous allons interjeter appel», a-t-il indiqué. (Avec Igfm)

La rédaction de SenCaféActu

via SenCaféActu

A lire aussi

Commentaires

Instagram

#LuBess