Top 5 du 25 Novembre 2021

1- Scandale financier : 1 milliard FCFA détourné à la Poste Finances

Alors que le personnel de La Poste était en mouvement d’humeur, il y a quelques jours pour dénoncer l’état de leur société à l’agonie, un scandale financier éclabousse sa filiale Poste Finances. Du moins c’est ce que affirme Le Témoin qui indique que la rondelle somme d’un milliard de FCFA y aurait été détourné.

A en croire la même source, le scandale a été découvert au moment où l’ex-responsable de l’Agence principale, après 2  ans de prolongation suite à son départ à la retraite, a reçu une notification de cessation de travail.

D’après les informations rapportées par le journal dans sa livraison de ce jeudi, il a été remplacé par M. Kobar. Aux dernières nouvelles, la direction générale de La Poste n’a pas encore porté plainte. (Avec Senenews)

2- Non violence : Yewwi Askan Wi rejoint Sonko et déchire la charte de la paix

Yewwi Askan Wi est en phase avec le leader du parti Pastef, Ousmane Sonko qui a rejeté la charte de non-violence. Les responsables de la coalition l’ont signifié au Cadre unitaire de l’Islam. Ils renvoient la balle à Macky Sall. 

Les camarades d’Ousmane Sonko précisent que le pacte de non agression dépend du président Macky Sall. “Nous avons la culture de la paix. Mais nous n’avons pas confiance en Macky Sall, à son  pouvoir et à son alliance politique. Nous avons nos raisons parce que depuis qu’il est là, il a transgressé toutes les chartes écrites ou verbales. Il faut lui demander d’arrêter”, a pesté, mercredi, Habib Sy.

Le président du Cadre unitaire de l’Islam au Sénégal, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy insiste sur la nécessité de préserver la paix dans le pays. Il se dit rassuré par les membres de la coalition Yewwi Askan Wi. “Nous démarche est une démarche inclusive afin d’arriver à une paix durable au Sénégal en prélude des élections. La coalition Yewwi Askan Wi a tenu un discours responsable qui montre le sens du patriotisme de ses leaders“, a-t-il déclaré.

Ces membres de l’opposition estiment que la stabilité du pays dépend du président Macky Sall. Le Cadre Unitaire de l’Islam au Sénégal compte poursuivre les échanges avec les autres partis politiques pour que la paix demeure dans le pays, informe Senego.

3- Covid_19 au Sénégal : Antoine Félix Diome proroge de 3 mois l’arrêté du port obligatoire de masque

À DÉCOUVRIR

L’arrêté nº 17602 du 29 avril 2021 prescrivant le port obligatoire de masque de protection dans les lieux publics et privés est prorogé, pour une nouvelle période de trois (3) mois, renseigne Pressafrik.

Le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome qui a signé ledit document depuis le 10 novembre dernier rappelle les lieux concernés. « … Sur la voie publique, quelque soit les services de l’Administration publique quel qu’en soit le mode de gestion ; les services du secteur privé ; les lieux de commerce; les moyens de transport public et les moyens de transport privé transportant au moins deux (02) personnes. »

4- Abdoul Mbaye : “Macky Sall change la Constitution du Sénégal pour la 5e fois en 9 ans”

Dans un tweet, ce jeudi, le président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (Act), a rappelé que Macky Sall change la Constitution du Sénégal pour la cinquième fois en 9 ans. Ce rappel d’Abdoul Mbaye fait suite au souhait du chef de l’Etat de restaurer le poste de Premier ministre. Le Conseil des ministre a, en ce sens, adopté le projet de loi portant révision de la Constitution, informe Senego.

“Macky Sall change la Constitution du Sénégal pour la cinquième fois en 9 ans. Il a assurément foi en la Constitution du Sénégal !(Blinken dixit). Nos amis étrangers ne voient assurément pas ce que nous vivons. Où mène-t-il notre Sénégal ?“, a notamment tweeté l’opposant.

5- Le Cusems annonce un débrayage le 30 novembre, suivi d’une grève générale

Le Cadre unitaire Syndical des enseignants du moyen-secondaire (CUSEMS) a annoncé un débrayage le mardi 30 novembre 2021 suivi d’une grève générale le 1er décembre. Ces enseignants comptent boycotter toutes les évaluations, comme les corrections et les surveillances des évaluations.

Les raisons de ce mouvement d’humeur sont notamment, la correction du système de rémunération et le respect du protocole d’accord du 30 avril. (avec Pressafrik)

La rédaction de SenCaféActu

via SenCaféActu

A lire aussi

Commentaires

Instagram

#LuBess