Vol commis la nuit : Un agent de “SPS SÉCURITÉ” accusé d’avoir subtilisé plus d’un million à la société SENEVISA.

Après son service militaire, Fodé Goudiaby qui est devenu agent de sécurité, a comparu ce mercredi 29 septembre au Tribunal d’Instance de Dakar pour des faits de vol commis la nuit portant sur 1,1 million de francs Cfa au préjudice de SENEVISA, une entreprise qui s’active dans l’industrie halieutique.

Vol commis la nuit : Un agent de
Les faits remontent à la date du 15 juillet 2021 où le Chef d’atelier de SENEVISA est venu à la Compagnie maritime de la brigade de pêche pour porter plainte contre X pour vol de numéraires au sein de son entreprise.

À l’appui de la plainte, il a remis entre les mains des éléments de la brigade, une clé USB contenant des séquences de films enregistrées par la vidéo-surveillance de la société entre le 03 et le 06 juillet. Suite à cela, une enquête a été ouverte qui a permis d’interpeller le sieur Goudiaby. 

À la barre, la partie civile Cheikh Tidiane Chérif Sène,  représentant de la société SENEVISA, dit avoir été victime de vols répétitifs durant ces derniers temps. “Dans l’entreprise, nous effectuons des ventes de ferraille et les sommes récoltées sont gardées dans l’armoire du bureau. Et chaque responsable dispose d’un jeu de clefs. Mais à cause des urgences, je laisse mes clefs dans les tiroirs dans un bureau au rez-de-chaussée”, explique-t-il, avant d’ajouter  : “à la fin du mois, nous avons constaté qu’il manquait presque 1 million de francs Cfa.

Le lendemain, il manquait encore 100 000 de nos francs. Il souligne qu’il n’avait pas ciblé dans un premier temps, les services de gardiennage. “On croyait que le vol s’était produit entre nous,” mentionne-t-il. C’est la raison pour laquelle ils ont décidé de mettre des caméras dans les bureaux pour piéger le voleur. D’après les images visionnées, le prévenu venait prendre les clefs au niveau des tiroirs et il ouvrait les bureaux à notre absence.

Interrogé, Fodé Goudiaby, père de six enfants, a nié les faits qui lui sont reprochés. Il déclare avoir travaillé avec l’entreprise depuis septembre 2017. “Je travaille là-bas en tant qu’agent de sécurité. Mon travail consiste à surveiller les entrées et les sorties. J’entre dans les bureaux de temps en temps pour éteindre les lampes. Car certains oublient parfois de les éteindre”, dit-il. À l’enquête préliminaire, il avait déclaré qu’au moment d’effectuer une ronde, il a constaté que les lampes du bureau du directeur technique n’étaient pas éteintes, c’est pourquoi il y est entré. 

Ce qui ne cadre pas avec les images tirées de la vidéosurveillance, car après avoir fermé le portail central, l’agent de sécurité est directement allé récupérer les clefs pour ensuite se diriger vers le bureau. 

Interrogé par Me Basse sur son intérêt d’ouvrir l’armoire du bureau du directeur technique, il répond : “je suis effectivement entré dans le bureau et j’ai ouvert l’armoire, mais je n’ai rien pris. Je suis entré pour éteindre la climatisation parce que quand je suis sorti des toilettes, j’ai senti la fraîcheur de la climatisation sous mes pieds.

Finalement, l’affaire a été renvoyée au vendredi 01 octobre pour l’exploitation des caméras des vidéos de surveillance… 


www.dakaractu.com

via DAKARACTU

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess