A Cuba, l’opposition de gauche harcelée


L’acteur, dramaturge et dissident cubain Yunior Garcia tient une conférence de presse à Madrid, le 18 novembre 2021. Il avait tenté d’organiser une manifestation quelques jours plus tôt.

 « Comment peut-on encore croire que [le régime cubain] est de gauche ? », se demandait en novembre 2021 le dramaturge et dissident Yunior Garcia devant une nuée de journalistes venus assister à sa première conférence de presse sur le sol espagnol. Tout juste exilé à Madrid après avoir souffert des semaines de harcèlement physique et médiatique à La Havane, cet artiste cubain de 39 ans, fondateur de la plate-forme de débat civique Archipielago, avait déversé un flot de critiques contre la « tyrannie » du régime castriste, réduit selon lui à une « caste » de dirigeants « conservateurs ».

Puis, se définissant lui-même « de gauche » et favorable à un « dialogue national », afin de mener une transition pacifique vers la démocratie, il en avait profité pour exprimer son opposition à l’embargo américain, qui aggrave les pénuries et sert d’« excuse » au régime castriste. Ces positions, peu orthodoxes chez les exilés cubains, n’ont pas manqué de provoquer l’ire d’une partie de la dissidence.

Une voie étroite

Vilipendée par le régime cubain – pour lequel il n’existe qu’une opposition, forcément « contre-révolutionnaire » et financée par les Etats-Unis, attaquée par les dissidents radicaux qui la jugent au mieux naïve, au pire complice, l’opposition de gauche au régime cubain avance ainsi sur une voie étroite. Pourtant, en dépit de la répression, elle a rarement été aussi vigoureuse, en grande partie grâce à l’accès à Internet et aux réseaux sociaux.

« Depuis quatre ou cinq ans, il est plus facile de légitimer une opposition de gauche dans la société », assure Manuel Cuesta Morua, fondateur en 2002 du parti social-démocrate Arco Progresista, joint par téléphone à la Havane. Les raisons, selon ce dissident, professeur d’histoire de 60 ans, sont multiples. Ces dernières années, explique-t-il, une extrême gauche critique, composée de trotskistes ou d’anarchistes, favorable à une démocratisation de l’archipel, a « remis en cause le monopole de ce qu’est et doit être la gauche à Cuba, jusque-là confisqué par le régime ». Puis, l’espace de centre gauche s’est élargi, avec la prolifération d’organisations afro-cubaines, féministes et LGBTI, « qui ne se reconnaissent pas forcément dans notre parti, mais dans des propositions qui nous permettent d’être plus présents dans le débat civique ».

« Longtemps, la perception générale internationale était que toute l’opposition adhérait à la feuille de route de Miami, qu’elle était de droite et favorable au blocus [l’embargo américain en vigueur depuis 1962]. Cuba semblait divisée entre deux pôles : ceux qui étaient en faveur du régime castriste et ceux en faveur de Miami », ajoute l’enseignant, pour qui la politique d’ouverture du président Barack Obama, à partir de 2014, a permis de mettre en lumière « la pluralité » de la dissidence.

Il vous reste 49.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess