A Kaboul, l’image de 600 Afghans dans un avion américain devient un symbole de la fuite face aux talibans

L’image de l’avion militaire de l’armée américaine au départ de Kaboul, dimanche 15 août 2021.

Une photo emblématique de la fuite d’une partie des habitants de Kaboul à l’arrivée des talibans, dimanche 15 août, montre plus de 600 Afghans – hommes, femmes et enfants – entassés dans un seul avion militaire américain lors de son décollage de l’aéroport international de la capitale. Obtenue et postée par le site d’informations militaires Defense One, l’image a été prise à l’intérieur d’un avion Boeing C-17 de l’US Air Force.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Kaboul, la fuite sans issue de milliers d’Afghans

Parmi les personnes visibles sur la photo figure un bébé sur les genoux d’une femme, tenant un biberon. Plusieurs autres personnes apparaissent, avec de jeunes enfants. Aucun bien matériel n’est visible parmi les passagers à l’exception d’une petite valise et d’un sac à dos au premier plan. Environ 640 personnes ont été comptabilisées lors de leur sortie de l’appareil, écrit Defense One, pour un appareil conçu, selon Boeing, pour accueillir 134 passagers (des soldats et leur équipement), sur des sièges installés sur les côtés de l’avion ou sur le sol.

« Le nombre inhabituellement élevé de passagers à bord de cet avion (…) était le résultat d’un environnement sécuritaire dynamique, qui a exigé des décisions rapides de l’équipage », a commenté, dans un communiqué publié lundi, le commandement de l’armée américaine au Moyen-Orient et en Asie centrale (US Central Command, CentCom). « Finalement, cela a permis d’évacuer ces passagers du pays en toute sécurité », assure le texte. Le vol a atterri au Qatar tôt lundi matin, d’après le site de suivi des vols FlightAware.

Les personnes serrées dans l’immense soute de l’appareil avaient été autorisées par les autorités américaines à être évacuées du pays, selon un haut fonctionnaire de la défense américaine cité par Defense One. Un nombre aussi élevé de passagers n’était pas prévu en un seul vol : beaucoup de désespérés ont grimpé au dernier moment à l’intérieur par la rampe encore à moitié ouverte à l’arrière de l’avion.

En 2013, 670 personnes dans un C-17 dans l’est des Philippines

« L’équipage a pris la décision d’y aller » plutôt que de les forcer à redescendre, a expliqué le même fonctionnaire. Cette scène s’est produite alors que les combattants talibans envahissaient les rues de Kaboul et que des habitants paniqués se ruaient vers l’aéroport pour tenter de trouver un vol à destination de l’étranger.

Ce n’est pas non plus la première fois que le Boeing C-17, très utilisé pour les transports collectifs par l’armée américaine, procède à une évacuation aussi importante. En 2013, un C-17 américain avait embarqué plus de 670 personnes dans l’est des Philippines, après le passage du typhon Haiyan.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après la prise de Kaboul par les talibans, la crainte d’une onde de choc régionale

L’aéroport de Kaboul a été le théâtre de scènes de chaos et de désespoir lundi. Le tarmac et les pistes ont été envahis par des milliers de personnes espérant embarquer sur un vol quittant le pays. Beaucoup n’avaient pas l’autorisation pour prendre un vol d’évacuation, ni de billet pour un vol commercial, ni même de visa. Dans des vidéos éprouvantes postées sur les réseaux sociaux, des centaines de personnes courent à côté d’un C-17 en train d’accélérer, certaines s’agrippant aux flancs de l’avion.

Une autre vidéo montre des hélicoptères d’attaque survolant la foule à basse altitude, dans une apparente tentative de dégager la piste pour un avion. Les médias afghans ont signalé plusieurs morts, tombés d’appareils auxquels ils s’étaient accrochés au moment du décollage.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess