A l’occasion de la fête nationale américaine, Biden célèbre une victoire face au Covid-19, pas la fin de la guerre

Le président Joe Biden s’est exprimé à l’occasion de la fête nationale de la Maison Blanche à Washington, dimanche 4 juillet 2021.

Les Etats-Unis célèbrent leur première fête nationale sans restriction depuis le début de la pandémie due au Covid-19. A cette occasion, le président américain Joe Biden a salué, dimanche 4 juillet, une Amérique qui a « pris le dessus » sur le Covid-19, tout en appelant ses compatriotes à se faire vacciner contre un virus qui n’a pas encore été « vaincu ».

Le 4 juillet, qui commémore la déclaration d’indépendance de 1776, « est une célébration particulière cette année, car nous sortons d’une année sombre », a-t-il dit devant un millier d’invités, à la Maison Blanche. Dans une allocution courte et combative, le président a assuré : « Nous n’avons jamais été aussi proches de déclarer notre indépendance face au virus. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : aux Etats-Unis, 3 millions de jeunes adolescents vaccinés en moins de trois semaines « afin qu’ils protègent les autres »

« Le Covid-19 n’a pas encore été vaincu », a toutefois averti Joe Biden, alors que la circulation rapide du variant Delta et le faible taux de vaccination dans certaines régions inquiètent les experts. Se faire vacciner est dans ces conditions « l’action la plus patriotique qui soit », a-t-il dit dans un discours qui a aussi célébré la tonitruante reprise économique américaine. « Nous sommes les Etats-Unis d’Amérique. Et il n’y a rien que nous ne puissions faire, si nous le faisons ensemble. »

Retour des réjouissances

En ce 4 juillet, le président démocrate avait invité à Washington un millier de personnes, dont des soignants, des soldats et d’autres travailleurs dits « essentiels » pour un barbecue et observer les traditionnels feux d’artifice.

Pendant que le président parlait, de nombreuses personnes se pressaient déjà tout au long du « Mall », la célèbre esplanade du centre de Washington, pour être aux premières loges des feux d’artifice.

Les forces armées aériennes américaines ont fait une démonstration à Kansas City, dimanche 4 juillet 2021.

Pour retrouver des proches ou prendre l’air, près de 50 millions d’Américains se sont échappés pour ce week-end prolongé, à peine moins qu’en 2019, selon l’association américaine des automobilistes (AAA).

Des réjouissances on ne peut plus classiques, mais inimaginables pendant l’été 2020. Il y a un an, pandémie oblige, Joe Biden faisait campagne pour la présidentielle par vidéo, depuis son sous-sol. Dans tous les Etats-Unis, les parades et les fanfares avaient été réduites à la portion congrue.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : aux Etats-Unis, efforts tous azimuts pour poursuivre la vaccination

Le pays était aussi traversé par des manifestations géantes contre le racisme, suscitées par la mort de l’Afro-Américain George Floyd le 25 mai 2020.

Echec de l’objectif de 70 % de la population vaccinée

Avec plus de 33 millions de cas et 600 000 morts, les Etats-Unis ont payé le plus lourd tribut, mais la campagne de vaccination a effectivement fait chuter le nombre d’hospitalisations et de décès ces derniers mois.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Confusion aux Etats-Unis après la levée du port du masque pour les personnes vaccinées

Les réticences des plus jeunes, des conservateurs et d’une partie de la minorité noire face aux vaccins empêchent toutefois de tourner définitivement la page. Sur le plan symbolique, ils ont fait échouer l’objectif de Joe Biden pour le 4-Juillet, à savoir une première dose administrée à 70 % de la population adulte.

Plus grave, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 ne baisse plus depuis la mi-juin, au moment où le variant Delta, très contagieux, représente 35 % des cas.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
75
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

L’Autorité palestinienne intensifie sa répression en Cisjordanie

Next Post

Le juge de paix de Gaza, premier recours des familles

Related Posts