A l’OTAN, les Etats-Unis veulent remobiliser leurs alliés européens face à la Russie


 Lloyd Austin, le secrétaire américain à la défense, et Mark Milley, le chef d’état-major des forces armées américaines, au siège de l’OTAN, à Bruxelles, le 15 juin 2022.

Pas question de « laisser tomber » ni de « s’essouffler » : Lloyd Austin, le secrétaire américain à la défense, voulait remobiliser les 30 pays membres de l’OTAN et une vingtaine d’Etats invités lors d’une rencontre – la troisième – du « groupe de contact » sur l’Ukraine, mercredi 15 juin, à Bruxelles. Ce mini-sommet, tenu en marge d’une réunion des ministres de la défense qui devait se poursuivre jeudi, a surtout permis à la délégation américaine de confirmer une annonce faite quelques heures plus tôt par la Maison Blanche : Washington va débloquer une nouvelle aide de 1 milliard de dollars (960 millions d’euros) en faveur de l’Ukraine, dont une grande partie en armement lourd. Au total, les Etats-Unis auront, jusqu’ici, alloué 5,6 milliards de dollars à Kiev.

La vice-ministre de la défense ukrainienne, Anna Maliar, déplorait récemment que 10 % seulement des armes nécessaires aient été livrées à son pays, et un conseiller du président Volodomyr Zelensky a affirmé que le ratio de son armée face aux forces russes était de 1 contre 10 en termes d’artillerie. Présent à la réunion de mercredi, Oleksiy Reznikov, le ministre de la défense, a insisté sur l’urgence de renforcer le soutien à l’armée ukrainienne, confrontée à une offensive massive de la Russie dans le bassin du Donbass.

Une situation gênante pour un camp occidental qui, depuis l’invasion déclenchée le 24 février, veut afficher sa détermination à aider à tout prix le pays agressé. « Je comprends, j’ai pris part à pas mal de combats et, quand on livre un combat, on ne reçoit jamais assez », tentait de tempérer, mercredi soir, M. Austin. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, soulignait de son côté la nécessité de doter rapidement l’armée ukrainienne d’armements lourds, de systèmes antiaériens et de systèmes à longue portée, mais « de tels efforts prennent du temps », ajoutait-il, évoquant des questions de formation, de maintenance et d’entretien des matériels livrés.

Une livraison « imminente »

Selon le responsable norvégien, le sommet de l’Alliance atlantique, à la fin du mois à Madrid, devrait, en tout cas, décider d’un nouveau plan massif d’aide à Kiev. Le président Zelensky a été convié à participer à cette réunion censée acter, par ailleurs, le nouveau « concept stratégique » de l’Alliance avec, à la clé, le renforcement de son flanc est, grâce au prépositionnement d’équipements et de forces supplémentaires. Les groupes de combat seront développés, comme la présence aérienne et maritime et les capacités de défense cyber.

Il vous reste 37.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess