A Rio de Janeiro, polémique sur le changement de nom du légendaire stade Maracana

Le stade Maracana, au coeur de Rio de Janeiro, en 2013.

LETTRE DE RIO

C’était le lieu de concorde par excellence, chaudron ardent, débordant de joie et de gaieté. C’est devenu aujourd’hui une infâme tambouille à prise de bec et polémiques. Le Maracana, stade mythique de la ville de Rio de Janeiro, est aujourd’hui au centre d’une controverse passionnée, dont le seul le futebol brésilien a le secret.

Au cœur des débats, on trouve une décision prise le 9 mars par l’Assemblée législative de l’Etat de Rio. Celle-ci approuve alors un projet de loi visant à changer le nom officiel de la célébrissime arène. Le Maracana ne s’appellera désormais plus « stade du journaliste Mario Filho » mais portera un patronyme ô combien plus célèbre : celui d’« Edson Arantes do Nascimento – Roi Pelé. »

Vu de l’étranger, la décision paraît bien naturelle : à 80 ans, l’ancien numéro 10 de la Seleçao, triple vainqueur de la Coupe du monde, est unanimement considéré comme le plus grand footballeur de tous les temps. C’est ici, dans ce Maracana, où il brilla tant de fois, que l’artiste du ballon rond inscrivit en 1969 son millième but en compétition.

La décision de l’Assemblée de Rio a pourtant déclenché fureur et fracas. « Pelé mérite tous les hommages, mais on pourrait le faire ailleurs et d’une autre manière ! », proteste Gustavo Tadeu Alkmim, 60 ans, supporteur historique du club de Fluminense. L’abandon du nom de Mario Filho a été torpillé par les footeux de tout bord, qualifié d’« atrocité » par certains, de « mutilation » par l’Association la presse brésilienne ou encore d’« absurdité » par Gérson, champion du monde 1970. Le parquet de Rio lui-même a appelé à éviter une possible « violation du patrimoine immatériel des supporteurs ». Le « roi Pelé » a, quant à lui, évité de se prononcer sur cet hommage embarrassant…

Arène mythique

Mais qui est donc ce Mario Filho, qui soulève tant de passion ? Décédé en 1966 à l’âge 58 ans, ce parfait inconnu à l’étranger est une légende à Rio. Fou de futebol et de carnaval, héraut d’un football populaire et métissé, ce journaliste de génie, toujours tiré à quatre épingles, publie livres et articles savants sur le ballon rond, promeut de nombreux championnats, dont le Tournoi Rio-Sao Paulo, où s’affrontent les meilleures équipes des deux Etats.

Dans les années 1940, ce « créateur de foule », comme le surnomme son frère et écrivain Nelson Rodrigues, trouve son grand dessein. Le Brésil est alors choisi pour accueillir la Coupe du monde de 1950 et Rio (encore capitale) se cherche un stade. Patron du puissant Journal des sports, Mario Filho coordonne alors une vaste et victorieuse campagne afin d’ériger la nouvelle arène dans le symbolique quartier de Maracana.

Il vous reste 54.21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Une Grosse bagarre éclate à la RTS

Next Post

Au Brésil, le juge Sergio Moro, qui a condamné Lula, déclaré « partial » par la Cour suprême

Related Posts