Accident en Russie : le patron multimillionnaire de la mine arrêté

Lors de l’hommage en mémoire des mineurs morts dans la mine de Kemerovo, en Russie, le 3 décembre 2021.

Mikhaïl Fediaïev, magnat russe du charbon pesant des centaines de millions d’euros, a été arrêté après l’accident dans l’une de ses mines en novembre qui a fait 51 morts, ont annoncé, mercredi 15 décembre, les enquêteurs.

Le patron du groupe SDS-Ugol, ainsi que son directeur général Guennadi Alekseïev, son directeur technique Anton Iakoutov et l’ingénieur en chef de la mine Anatoli Lobanov ont été arrêtés et sont soupçonnés de violations des normes de sécurité industrielle et d’abus de pouvoir, a précisé le Comité d’enquête russe. « Les enquêteurs ont l’intention de demander le placement en détention provisoire de toutes les personnes interpellées », a-t-il ajouté.

Lire aussi Russie : un accident dans une mine de charbon fait 51 morts

M. Fediaïev, 59 ans, est une personnalité de premier plan de la région de Kemerovo, en Sibérie, où le secteur minier est un moteur de l’économie. En 2019, l’homme d’affaires était classé 177e dans la liste des personnalités les plus riches de Russie, avec une fortune estimée à 550 millions de dollars (488 millions d’euros), selon le magazine spécialisé Forbes. Son fils Pavel est en outre un député du parti du Kremlin, Russie unie.

285 personnes se trouvaient dans la mine

Le 25 novembre, 51 personnes, dont cinq secouristes, ont péri dans la mine de charbon de Listviajnaïa appartenant à SDS-Ugol. Un coup de grisou, une explosion causée par un mélange entre de l’oxygène et du méthane, avait vraisemblablement causé l’accident alors que 285 personnes se trouvaient dans la mine.

Les accidents dans les mines de Russie, comme ailleurs en ex-URSS, restent relativement fréquents et sont bien souvent liés au laxisme dans l’application des normes de sécurité, à une mauvaise gestion, à la corruption ou à des équipements vétustes.

En octobre 2019, la rupture d’un barrage illégal dans une mine d’or en Sibérie avait fait 17 morts. Le même mois, trois personnes ont été tuées après un accident dans une mine du groupe Norilsk Nickel, premier producteur mondial de nickel et de palladium, dans l’Arctique.

En août 2017, huit travailleurs avaient disparu après une inondation dans une mine de diamants exploitée par le groupe russe Alrosa en Sibérie. Premier producteur mondial de diamants, Alrosa avait annoncé l’abandon des recherches après trois semaines d’opérations de secours.

Un autre accident avait fait 91 morts et plus d’une centaine de blessés dans la mine de Raspadskaïa, dans la région de Kemerovo, en mai 2010. Un coup de grisou était survenu au moment où plus de 300 mineurs étaient sous terre. Un groupe de secouristes dépêchés sur place avait été piégé par une deuxième explosion.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La Russie et le mythe du changement climatique heureux

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess