Affaire Floyd : un jury de citoyens ordinaires et divers face à l’enjeu d’un procès symbolique

L’ancien policier Derek Chauvin (à droite), accusé du meurtre de George Floyd en mai 2020, aux côtés de son avocat, Eric Nelson, lors de la sélection du jury, le 23 mars 2021 à Minneapolis.

La décision qu’ils prendront dans quelques semaines aura une résonance à travers le monde. Quinze Américains ont été sélectionnés pour composer le jury siégeant au procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé de meurtre au second degré et d’homicide involontaire, après la mort de George Floyd, un Afro-Américain qu’il avait maintenu plusieurs minutes sous son genou en mai 2020.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un juge retarde le début du procès de Derek Chauvin, le policier accusé du meurtre de George Floyd

Mardi 23 mars, le quinzième et dernier juré, un jeune comptable blanc, a été retenu par le juge Peter Cahill, qui préside le procès au tribunal de Minneapolis (Minnesota), sous le regard attentif de M. Chauvin. Comme chaque jour, ce dernier est apparu en costume cravate, masqué, séparé de son avocat par une plaque de Plexiglas, et le plus souvent absorbé par sa prise de notes sur de larges feuilles jaunes. Les débats sur le fond de cette affaire devenue symbole des violences policières débuteront le 29 mars, pour quatre à six semaines d’une audience ultramédiatisée, gage d’une pression inédite sur les jurés.

Il reviendra à 9 femmes et 6 hommes – 9 Blancs, 4 Noirs, 2 métisses de tous âges – de déterminer la culpabilité ou non de l’accusé. Alors que la population de la ville est aux deux-tiers blanche, la diversité ethnique du jury n’est pas anodine dans une affaire marquée par les questions raciales dans la police et le système judiciaire. Au final, seuls 14 siégeront et 12 d’entre eux se prononceront, mais le juge a estimé sage de prévoir 3 suppléants, en raison de la pandémie de Covid-19 et de la charge émotionnelle qui pourraient rendre indisponible l’un des jurés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mort de George Floyd : Minneapolis, la ville aux deux visages

Plus de 70 auditions

Sur les 326 citoyens initialement tirés au sort, plus de 70 ont été auditionnés. Avant d’être interrogés, parfois longuement, par l’avocat de la défense et le procureur, ils avaient répondu à un questionnaire d’une quinzaine de pages. Une manière pour le tribunal de connaître les vues de ces Américains ordinaires sur toute une série de sujets : leurs sources d’information, leurs relations avec la police, leurs opinions sur les discriminations raciales et le mouvement Black Lives Matter. Sans négliger aucun détail : il leur a non seulement été demandé s’ils avaient pris part aux manifestations contre les violences policières et le racisme, mais aussi quel était le slogan porté sur leurs pancartes.

Le processus de sélection, filmé et diffusé en direct tout en préservant l’anonymat des jurés potentiels, a démontré la difficulté d’identifier des personnes suffisamment impartiales pour ne pas fausser l’issue du procès. Sur les 15, un seul a affirmé n’avoir pas vu les images de l’arrestation de M. Floyd, qui ont suscité des manifestations un peu partout dans le monde.

Il vous reste 41.99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Eliminatoires Can 2022: Le programme du jour

Next Post

François Mendy  »J’invite l’Assemblée nationale à traduire Macky Sall devant la justice pour haute trahison »

Related Posts