Afghanistan : nouvelle réunion à venir entre les Etats-Unis et les talibans, à Doha

Les soldats américains ne sont plus en Afghanistan, depuis leur retrait chaotique fin août, mais Washington tient à garder le contact avec les talibans qui, en prenant le pouvoir à Kaboul quelques jours auparavant, avaient précipité les événements.

« Je peux confirmer que la semaine prochaine, le représentant spécial pour l’Afghanistan Tom West va retourner à Doha pour deux semaines de rencontres avec les talibans », a déclaré, mardi 23 novembre, le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le retrait américain d’Afghanistan tourne à la déroute pour l’administration Biden

Ils vont évoquer « nos intérêts nationaux vitaux au sujet de l’Afghanistan », a-t-il ajouté, énumérant « le contre-terrorisme », « l’aide humanitaire et la situation économique du pays », ainsi que la possibilité pour les Américains et les Afghans qui ont travaillé pour eux au cours de vingt dernières années de quitter l’Afghanistan en toute « sécurité ».

Un « dialogue lucide et franc »

Thomas West a rencontré, il y a près de deux semaines au Pakistan, des représentants du mouvement islamiste qui a pris le pouvoir mi-août à Kaboul à la faveur du retrait de toutes les forces américaines. Une première session de négociations entre Washington et les talibans avait eu lieu les 9 et 10 octobre, déjà à Doha où s’est relocalisée l’équipe diplomatique américaine chargée de l’Afghanistan après ce retrait.

Lire aussi L’émissaire américain pour l’Afghanistan, Zalmay Khalilzad, quitte ses fonctions

L’émissaire américain avait réitéré, vendredi dernier sur Twitter, les conditions des Etats-Unis pour que les talibans « méritent » le soutien financier et diplomatique américain : lutte contre le terrorisme, mise en place d’un gouvernement « inclusif », « respect des droits des minorités, des femmes et des filles », et « accès égalitaire à l’éducation et à l’emploi ». Il avait assuré que les Américains continueraient à entretenir un « dialogue lucide et franc avec les talibans » et à fournir aux Afghans, en attendant, une aide strictement humanitaire.

Le ministre des affaires étrangères du gouvernement instauré par les talibans mais non reconnu par la communauté internationale, Amir Khan Muttaqi, a lui réclamé la semaine dernière dans une lettre ouverte au Congrès américain la levée du gel des avoirs afghans décidé par Washington.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La vieille garde et les militaires talibans, bien représentés dans le nouveau gouvernement provisoire

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess