Afghanistan : une équipe qatarie envoyée à Kaboul pour discuter de « la reprise des opérations à l’aéroport »

Des combattants talibans des forces spéciales entrent dans l’aéroport de Kaboul après que les derniers soldats américains ont quitté l’Afghanistan, le 31 août 2021.

Deux jours après le départ d’Afghanistan des derniers soldats américains lundi, un avion qatari s’est posé, mercredi 1er septembre, à Kaboul. A son bord : une équipe technique chargée de discuter de « la reprise des opérations à l’aéroport », a fait savoir une source proche du dossier à l’Agence France-Presse (AFP). « Même si aucun accord final n’a été obtenu sur la fourniture d’une assistance technique, une équipe du Qatar a commencé une discussion sur la base d’une requête » du mouvement islamiste des talibans et d’autres protagonistes, a ajouté la même source sans les préciser.

Le Qatar entretient des relations étroites avec les talibans, qui ont repris le pouvoir à Kaboul depuis le 15 août, et joue un rôle central dans les négociations entre le régime islamiste et la communauté internationale. « L’objectif [des discussions] est de reprendre les vols vers et en provenance de Kaboul, pour l’assistance humanitaire et pour assurer la liberté de mouvement de façon sûre et en sécurité, y compris la reprise des évacuations », toujours selon la même source.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Afghanistan, le jour d’après le départ des Etats-Unis

Le Qatar avait appelé les talibans, plus tôt dans la journée de mercredi, à dégager un « passage sûr » pour les personnes souhaitant quitter le pays. « Nous avons insisté, auprès des talibans, sur la question de la liberté de mouvement pour qu’il y ait un passage sûr pour les gens voulant partir ou entrer s’ils le souhaitent », a ainsi déclaré le chef de la diplomatie qatarie, Mohammed Ben Abderrahmane Al-Thani. « Nous espérons que ces engagements seront respectés dans un avenir proche quand l’aéroport reprendra ses opérations, que cela se déroulera en douceur et qu’il n’y aura aucun obstacle pour qui que ce soit », a-t-il également ajouté.

Transfert de l’ambassade néerlandaise à Doha

L’émirat avait déjà joué le rôle de médiateur dans le processus de paix entre le gouvernement afghan et les talibans avant la prise du pouvoir par le mouvement islamiste. Doha a depuis gardé un lien privilégié avec les insurgés, devenus aujourd’hui maîtres du pays. 

« En tant que médiateur juste et neutre ces dernières années entre les talibans et les Etats-Unis, ou entre les talibans et les autres parties afghanes, nous avons bâti une confiance » avec tous les protagonistes, a encore fait valoir le chef de la diplomatie. « Cet investissement a produit cette confiance. Nous avons tous besoin de l’utiliser (…) pour l’avenir de l’Afghanistan. »

Le chef de la diplomatie qatarie Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani lors d’une conférence de presse en présence de la ministre des affaires étrangères néerlandaise Sigrid Kaag, à Doha, le 1er septembre 2021.
En graphiques : 3 613 soldats de la coalition, dont 2 465 Américains, sont morts en vingt ans de conflit en Afghanistan

Lors de la même conférence de presse, la ministre des affaires étrangères néerlandaise a d’ailleurs annoncé le transfert de la mission diplomatique des Pays-Bas de Kaboul à Doha. « J’ai demandé [au Qatar] de bien vouloir accepter la relocalisation à Doha de notre ambassade afin que les Pays-Bas restent efficaces » dans leur gestion de la crise afghane, a déclaré Sigrid Kaag. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont récemment fait le même choix, considérant que la sécurité de leurs personnels n’était plus garantie à Kaboul.

Lutte contre le terrorisme et gouvernement « inclusif »

Toutefois, le Qatar espère aussi instaurer le maximum de sécurité dans le pays en demandant aux talibans de s’engager dans la lutte contre le « terrorisme » et de former un gouvernement « inclusif ». « Nous avons souligné l’importance de la coopération pour combattre le terrorisme. Il n’y a pas de doute que l’Afghanistan traverse une période critique et nous avons souligné l’importance de la coopération des talibans et du respect de leurs obligations dans ce domaine », avait ainsi déclaré M. Al-Thani, lors d’une précédente conférence de presse, mardi, avec son homologue allemand Heiko Maas.

« C’est notre rôle de toujours les exhorter à former un gouvernement inclusif qui comprend toutes les parties et n’en exclut aucune, avait dit le ministre qatari. Durant nos discussions avec les talibans, il n’y a pas eu de réponse positive ni négative. L’Etat du Qatar continuera à ouvrir des canaux de communications avec toutes les parties en Afghanistan et nous espérons aboutir à un consensus national. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Afghanistan : la victoire des talibans, succès pour le Qatar et inquiétude pour Riyad et Abou Dhabi

Les talibans ont fêté mardi leur victoire en Afghanistan après vingt ans d’une guerre dévastatrice déclenchée par l’intervention d’une coalition internationale menée par les Etats-Unis pour chasser ces derniers du pouvoir, accusés d’avoir abrité des terroristes d’Al-Qaida responsables des attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain.

Notre sélection d’articles sur l’Afghanistan

Retrouvez nos articles concernant la situation en Afghanistan dans notre rubrique.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess