Aide de Washington à l’Ukraine : l’industrie militaire américaine craint la surchauffe


Le président américain, Joe Biden, à l’usine Lockheed Martin où sont fabriqués les Javelin destinés à l’Ukraine, le 3 mai 2022 à Troy, dans l’Alabama.

Joe Biden lui-même n’en attendait sans doute pas tant. Mardi 10 mai, la Chambre américaine des représentants a voté l’octroi d’une enveloppe de plus de 40 milliards de dollars (38 milliards d’euros) pour aider l’Ukraine dans son conflit avec la Russie. Un montant supérieur à celui espéré par le président américain, qui avait réclamé 33 milliards. Cette décision doit encore être entérinée par le Sénat, lors d’un vote en fin de semaine, mais elle ne devrait pas être remise en cause, au vu du consensus entre démocrates et républicains sur le sujet.

« Avec ce programme d’aide, l’Amérique envoie au monde entier le signal de notre détermination inébranlable à soutenir le peuple courageux d’Ukraine jusqu’à la victoire », s’est réjouie Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, dans une lettre envoyée avant le vote. Si ce projet de loi est adopté par le Sénat, ce sont au total plus de 50 milliards de dollars qui seront consacrés par les Etats-Unis à aider l’Ukraine, 13,6 milliards ayant déjà été débloqués depuis le début de l’année.

Si l’essentiel de cette nouvelle enveloppe est destiné aux matériels civils ou à l’aide humanitaire, quelque 6 milliards de dollars sont prévus pour renforcer l’Ukraine en véhicules blindés et en moyens de défense antiaérienne. Un montant colossal – l’équivalent du budget annuel de la défense ukrainien – qui correspond aux besoins d’un conflit de haute intensité : selon une source militaire française, les Ukrainiens « consomment » actuellement en une seule journée l’équivalent de dix jours de livraisons d’armes occidentales.

Pénurie de microprocesseurs

Reste à savoir si les Etats-Unis pourront livrer à l’Ukraine autant d’armes qu’ils le promettent. Les stocks de l’armée américaine ne sont pas extensibles et sont soumis, comme ceux de leurs homologues européens, à des tensions en matière d’approvisionnement. « Si les stocks américains d’armements simples, notamment les munitions, ne sont pas entamés et leur renouvellement assez régulier, ceux des systèmes plus complexes, comme les drones ou les missiles guidés, sont plus problématiques », assure Joseph Henrotin, chargé de recherche au Centre d’analyse et de prévision des risques internationaux (Capri).

Depuis le début du conflit, les Etats-Unis ont ainsi livré à l’Ukraine plus de 5 500 missiles Javelin, des armes portatives destinées à percer les blindages et qui font des ravages parmi les chars russes, selon un décompté publié le 11 mai par le Pentagone. Cela représente plus du tiers des stocks américains, a révélé fin avril le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell. De même, plus de 1 400 missiles antiaériens Stinger ont été prélevés dans les caisses de l’armée américaine pour être envoyés à Kiev, soit un quart des réserves du pays.

Il vous reste 46.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess