Anthony Fauci, le « M. Covid » américain qui suscite la haine


L’immunologue Anthony Fauci, à la Maison Blanche, le 4 avril 2020.

LETTRE DE WASHINGTON

« Comment Anthony Fauci est devenu le docteur de l’Amérique. » Ce titre d’un long portrait du magazine The New Yorker, publié en avril 2020, posait bien la stature de l’homme qui se retirera en décembre, à 81 ans.

Anthony Fauci incarne la raison scientifique et les faits. Sa longévité exceptionnelle dans ses fonctions lui a permis de côtoyer sept présidents des deux bords, depuis Ronald Reagan. Lors de son entrée à la Maison Blanche, Joe Biden lui a demandé de poursuivre son activité de conseiller médical en chef, pour superviser la campagne massive de vaccination contre le Covid-19. Le 22 août, lors de l’annonce de son départ prochain, le président lui a rendu un hommage vibrant, en soulignant son « intégrité scientifique » et son énergie. « Les Etats-Unis d’Amérique sont plus forts, plus résilients et en meilleure santé grâce à lui. »

Cependant, une figure familière n’est plus nécessairement consensuelle, dans l’Amérique actuelle, fracturée et divisée par le soupçon et les procès d’intention. Un sondage publié en juin montrait que le docteur bénéficiait de seulement 43 % d’opinions favorables. « J’en ai tellement marre de le voir, a lancé le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, lors d’un meeting le 24 août. Je sais qu’il dit qu’il va prendre sa retraite. Mais quelqu’un devrait attraper ce petit elfe et le jeter dans le Potomac ! »

Cette incitation à la violence, qu’on ne peut évacuer sous le simple prétexte d’une mauvaise plaisanterie, est le fait d’un responsable républicain de premier plan, considéré comme la plus sérieuse option à Donald Trump pour l’élection présidentielle.

Une dangereuse détestation

Toujours calme et affable, Anthony Fauci vit sous protection rapprochée, faisant l’objet depuis des années d’une détestation inouïe dans les rangs conservateurs. Celle-ci a pris une ampleur particulièrement inquiétante au cours de la crise du Covid-19.

Un homme de 57 ans, originaire de Virginie-Occidentale, a même été condamné à trois ans de prison pour avoir envoyé des courriels menaçants au docteur. L’un d’eux annonçait que lui et sa famille seraient « traînés dans la rue, battus à mort, et brûlés vifs. » Fin 2021, dans l’Iowa, un homme armé d’un fusil d’assaut a été arrêté au volant de son véhicule ; il disposait d’une liste de cibles à abattre, parmi lesquelles figurait Anthony Fauci.

Lawrence Gostin, professeur de droit à l’université de Georgetown, spécialisé en santé publique, est aussi un ami de longue date de l’expert. « Il s’est fait prendre dans la politisation enragée de la culture américaine, a-t-il expliqué au site The Hill, et il s’est fait prendre dans la ligne de mire des guerres culturelles autour du Covid ces dernières années. » Selon M. Gostin, c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui souffre d’épuisement et de résignation.

Il vous reste 56.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess