« Asie-Pacifique, la nouvelle poudrière », sur Arte : maîtresse des mers, la Chine montre ses muscles


Le documentaire d’Anne Loussouarn permet de mesurer la menace militaire exercée par la Chine dans la zone Asie-Pacifique.

Aussi instructif qu’inquiétant, didactique avec ses cartes animées, riche en archives filmées issues de sources diverses (chinoises, australiennes, américaines, philippines notamment) et en témoignages de diplomates, officiers et agents de sécurité, ce documentaire permet de mieux mesurer la menace militaire exercée par la Chine dans la zone Asie-Pacifique.

Dès son arrivée au pouvoir à Pékin, en mars 2013, Xi Jinping avait clairement dévoilé ses intentions, à savoir restaurer une grandeur impériale disparue au XIXe siècle après des décennies de territoires perdus et d’humiliations imposées par des puissances étrangères. Cette posture victimaire permet au leader chinois d’imposer à son peuple une stratégie agressive axée sur l’expansion territoriale, finement analysée dans ce documentaire. Et pour devenir la première puissance mondiale du XXIe siècle, la Chine doit se tourner vers la mer.

D’où l’impressionnante politique de construction navale mise en œuvre depuis 2012, qui permet désormais à la Chine de disposer d’une force stratégique maritime plus importante que l’US Navy. « Aujourd’hui, lorsque les Etats-Unis construisent un bâtiment de guerre, la Chine en produit quatre ! », souligne un expert militaire.

Démonstrations de force

De l’occupation d’îlots en mer de Chine du Sud aux démonstrations de force dans des eaux proches de Taïwan, des Philippines, du Vietnam ou même d’Australie, la stratégie chinoise provoque l’inquiétude. « La Chine projette de devenir la première puissance mondiale, la plus prospère et la plus puissante du monde. Cela n’arrivera pas tant que je serai aux commandes de ce pays », déclarait il y a quelques mois Joe Biden.

Mais le président américain a-t-il les moyens d’empêcher la Chine de continuer sa politique d’expansion ? La réponse de Xi Jinping, en juillet 2021 laisse craindre le pire : « Nous n’autorisons aucune force étrangère à nous intimider, nous oppresser ou nous asservir. Quiconque s’y risquerait sera anéanti devant une grande muraille d’acier édifiée par 1,4 milliard de Chinois ! »

Les incursions de navires chinois, de plus en plus fréquentes dans des zones éloignées expliquent que de Manille à Hanoï en passant par Tokyo, Canberra et New Dehli, l’alerte est devenue maximale. Mais la menace la plus inquiétante concerne Taïwan. Peuplée de 23 millions d’habitants, transformée en forteresse et soutenue activement par les Etats-Unis, l’île se prépare au pire. En 1950, les troupes communistes avaient renoncé au dernier moment à une invasion de Taïwan où s’étaient réfugiés les soldats nationalistes.

« L’ère de Xi Jinping doit marquer la résolution du problème de Taïwan et l’unification totale de la Chine », déclare un officier chinois. Un ancien directeur du renseignement américain résume la situation : « Quand on observe les actions de Pékin ces deux dernières années, on voit que le nœud se resserre autour du cou de Taïwan. »

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess