Assaut du Capitole : la commission d’enquête dévoile des images tournées la veille de l’attaque


Le 6 janvier 2021, des partisans de Donald Trump ont fait face à la police et aux forces de sécurité devant le Capitole.

La scène rappelle certains films et séries de braquage comme Ocean’s Eleven ou La Casa de Papel. La commission d’enquête sur l’assaut du Capitole a publié, mercredi 15 juin, des images troublantes d’une visite réalisée sous la houlette de l’élu républicain de Géorgie, Barry Loudermilk, la veille de l’attaque du 6 janvier 2021.

La vidéo donne à voir des personnes présentées comme des participants à l’assaut, prenant des photos des cages d’escalier et des souterrains du complexe du Capitole. Ce dernier est composé de vingt bâtiments et installations, y compris des bureaux de la Chambre des représentants et du Sénat, reliés pour la plupart par des tunnels. La commission soupçonne les visiteurs d’avoir réalisé, à cette occasion, des repérages des lieux en prévision des événements du lendemain.

En plus de la vidéo de surveillance, la commission a diffusé les images d’un homme marchant vers le Capitole, le 6 janvier, qu’elle a identifié comme l’un des participants à la visite qui a pris des photos de l’intérieur du complexe la veille de l’attaque.

« Nous venons vous sortir de là et vous tirer par les cheveux »

D’autres images montrent l’homme près du Capitole, proférant des menaces à l’encontre de démocrates, dont la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, le chef de file démocrate au Sénat, Chuck Schumer, et les élus de New York Jerrold Nadler et Alexandria Ocasio-Cortez (AOC).

« Ils arrivent et ne vous lâcheront pas, Pelosi, Nadler, même toi, AOC, dit l’homme dans la vidéo diffusée par la commission. Nous venons vous sortir de là et vous tirer par les cheveux. Quand j’en aurai fini avec toi, tu vas pouvoir lustrer cette tête chauve. »

La commission n’a pas précisé si cet homme est par la suite entré dans le Capitole avec les assaillants, ni s’il a fait l’objet de poursuites. Alors que quelque 800 personnes ont été accusées d’avoir pénétré par effraction dans le bâtiment ou d’avoir agressé des policiers, des milliers d’autres manifestants se trouvaient à l’extérieur du bâtiment ou dans le parc du National Mall (qui s’étire du Washington Monument jusqu’au Capitole) et ne se sont pas rendus coupables de violences.

Dans une lettre adressée, mercredi, à M. Loudermilk, l’élu démocrate du Mississippi Bennie Thompson, président de la commission dite du « 6 janvier », a déclaré que les lieux photographiés lors de la visite « n’intéressent généralement pas les touristes, comme les couloirs, les escaliers et les points de contrôle de sécurité ». Un autre membre de la commission, le représentant républicain de l’Illinois Adam Kinzinger, a affirmé dans un tweet : « Ce ne sont pas des itinéraires de visite normaux, le Capitole était fermé aux visites. »

La police du Capitole réfute les accusations de la commission

M. Loudermilk n’a pas été assigné à comparaître et rien n’indique qu’il savait que l’un des participants à sa visite se trouvait à l’extérieur du Capitole le lendemain. Le républicain s’est défendu dans un communiqué, affirmant que la commission « déstabilise la police du Capitole ». Il a noté qu’aucun des endroits visités n’avait été dégradé le 6 janvier. « Comme l’a confirmé la police du Capitole, rien dans cette visite avec les électeurs n’était suspect », a déclaré M. Loudermilk. « Ce faux récit que la commission et les démocrates continuent de livrer, avançant que les républicains, y compris moi-même, ont mené des tournées de reconnaissance, est manifestement faux », a déclaré M. Loudermilk dans son communiqué.

Dans une lettre envoyée, lundi, aux républicains du comité d’administration de la Chambre, dont M. Loudermilk est membre, le chef de la police du Capitole, Tom Manger, a défendu l’élu. Selon lui, une quinzaine de personnes ont participé à la visite et M. Loudermilk n’a pu leur montrer que certaines parties du haut lieu de la démocratie américaine, le cœur de celui-ci étant fermé aux visiteurs en raison de la pandémie. Le groupe a également parcouru l’un des bâtiments sans le membre du Congrès, a déclaré M. Manger.

« Il n’y a aucune preuve que M. Loudermilk soit entré au Capitole américain avec ce groupe le 5 janvier 2021 », a déclaré M. Manger. « Nous entraînons nos agents à être attentifs aux personnes qui effectuent une surveillance ou une reconnaissance, et nous ne considérons aucune des activités que nous avons observées comme suspectes. »

Les républicains du comité d’administration de la Chambre avaient précédemment déclaré avoir examiné les images de sécurité du 5 janvier et déclaré qu’il n’y avait « pas de visites, pas de grands groupes, personne avec des chapeaux “Make America Great Again” [le slogan de Donald Trump]. »

Mais M. Thompson et l’élue républicaine du Wyoming Liz Cheney, qui copréside la commission parlementaire, ont déclaré le mois dernier que leur examen des preuves « contredit directement ce déni ».

Le Monde

via LeMonde

Total
0
Shares

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess