Au Botswana, ouverture de la saison de la chasse à l’éléphant

Un éléphant au Botswana, en août 2009.

La controversée saison de chasse à l’éléphant 2021 s’est ouverte mardi 6 avril au Botwana, où la pandémie de Covid-19 a empêché la saison 2020, a annoncé mardi à l’AFP le directeur de l’organisme public chargé de la faune et des parcs nationaux, Kabelo Senyatso. Les autorités ont délivré des permis de tuer 287 d’entre eux d’ici à la fin de la saison, fin septembre.

Le Botswana, pays enclavé d’Afrique australe abrite environ 130 000 éléphants, la plus importante population de ces animaux au monde. En 2019, le Bostwana a levé une interdiction totale de la chasse, instaurée cinq ans auparavant pour inverser le déclin des populations d’éléphants et d’autres espèces. Cette levée avait suscité la colère des défenseurs de l’environnement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les éléphants d’Afrique sont officiellement menacés d’extinction

En 2020, la pandémie de Covid-19 et l’interdiction des arrivées de voyageurs provenant de pays à risques tels que la Grande-Bretagne, l’Italie et les Etats-Unis, d’où viennent la plupart des chasseurs, avait eu raison de la saison de chasse.

L’Association des producteurs de faune sauvage du Botswana (BWPA), qui regroupe des professionnels de la chasse, a salué la reprise, assurant qu’elle allait permettre aux communautés locales de retrouver des revenus. « Depuis que nous avons ouvert ce matin, nous avons eu des clients sur le terrain, certains venant d’aussi loin que l’Amerique », a affirmé mardi sa porte-parole.

L’éléphant de savane « en danger »

Les riches chasseurs de trophée déboursent de fortes sommes pour obtenir l’autorisation d’abattre un animal, de l’argent qui, selon les partisans de la chasse, bénéficient ensuite aux communautés locales.

Mais certains défenseurs de l’environnement comme Map Ives s’interrogent sur la façon dont sont établis les quotas de chasse et s’ils se fondent sur les preuves scientifiques concernant la population d’éléphants et sa pérennité.

« Je comprends que la chasse puisse être utile en tant qu’outil de gestion » de la faune, « mais cela devrait être fondé sur la science. Or, malheureusement, au Botswana, nous n’avons pas les ressources financières ou la main-d’œuvre formée pour des recherches sur la population des différentes espèces » d’animaux sauvages, a-t-il expliqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le mystère de la mort de centaines d’éléphants au Botswana en partie résolu

De nombreux éléphants du Botswana se déplacent en traversant les frontières de la Namibie, de la Zambie et du Zimbabwe voisins. Les quatre pays ont appelé à une levée de l’interdiction mondiale du commerce de l’ivoire, en raison de la croissance de la population d’éléphants dans certaines régions.

Des décennies de braconnage et la destruction de leur habitant ont décimé les populations d’éléphants d’Afrique, a alerté en mars l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui classe l’éléphant de savane (loxodonta africana) « en danger » et considère son cousin plus petit, l’éléphant de forêt (loxodonta cyclotis) en « danger critique d’extinction ».

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Le procès du journaliste marocain Omar Radi, en prison depuis juillet 2020, a été renvoyé au 27 avril

Next Post

Au Groenland, la gauche écologiste opposée à un projet minier controversé remporte les élections

Related Posts