Au Canada, vers la fin des audiences de Meng Wanzhou, fille du fondateur de Huawei

L’ex-directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, quitte son domicile de Vancouver pour se rendre à la Cour suprême de la Colombie-Britannique, le 18 août 2021, à Vancouver, au Canada.

C’est le dernier acte judiciaire d’une affaire qui provoque une crise ouverte entre Ottawa et Pékin depuis près de trois ans : les audiences formelles de demande d’extradition de Meng Wanzhou, ex-directrice financière du groupe chinois de télécommunications Huawei, doivent se conclure vendredi 20 août devant la Cour Suprême de la Colombie-Britannique. La juge Heather Holmes pourrait prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant de rendre sa décision.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dialogue de sourds entre la Chine et le Canada

Depuis le 4 août, les avocats de la femme d’affaires, arrêtée en décembre 2018 à l’aéroport de Vancouver à la demande des Etats-unis et qui vit, depuis, en résidence surveillée dans l’une de ses villas cossues de la ville, ont tenté de contester point par point la procédure d’extradition pour obtenir sa libération, quand ceux de la Couronne – l’équivalent du parquet, dans le système canadien – ont argué de la solidité du dossier américain. Les autorités américaines reprochent à Mme Meng d’avoir menti lors d’une présentation devant la banque HSBC en 2013, au sujet des liens entre Huawei et la société Skycom, qui faisait alors des affaires en Iran, exposant ainsi la banque internationale à violer les sanctions américaines contre l’Iran.

« Preuves de malhonnêteté »

L’avocat du procureur général du Canada, Robert Frater, a affirmé que les allégations concernant « ce qu’avait dit et n’avait pas dit » Meng Wanzhou lors de cette présentation à la banque constituaient de façon très claire « des preuves de malhonnêteté », et qu’elle devait, à ce titre, être extradée vers les Etats-unis afin de répondre de ces accusations.

La batterie d’avocats de la défense ont, eux, avancé que le dossier monté par les Américains était « bâclé et criblé de trous ». Ils ont estimé que les Etats-unis avaient abusé de la procédure d’extradition et fait preuve de « mauvaise foi flagrante et inquiétante » dans les informations données au Canada pour accéder à leur demande d’arrestation, ajoutant sur le fond que « la tromperie alléguée [de Meng Wanzhou] était au mieux ambiguë et que le risque de pertes économiques pour la victime alléguée, HSBC, était totalement illusoire ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La condamnation de Michael Spavor en Chine vue comme un moyen de pression contre le Canada

Mais ce procès est davantage suivi pour ses conséquences politiques et diplomatiques que pour ses débats juridiques. Au moment même où Meng Wanzhou comparaissait, deux Canadiens étaient lourdement condamnés en Chine. La peine de mort a été confirmée le 11 août pour Robert Schellenberg, reconnu coupable de trafic de drogue et initialement condamné à 15 ans de prison, quand l’homme d’affaires Michael Spavor, l’un des deux ressortissants canadiens à avoir été arrêtés par les autorités chinoises quelques jours après l’arrestation de la fille du fondateur de Huawei, était condamné à 11 ans d’emprisonnement pour « espionnage », après un procès tenu à huis clos par un tribunal chinois en mars.

Il vous reste 45.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess