Au Liban, une manifestation contre le juge qui enquête sur l’explosion au port de Beyrouth dégénère

Explosions, rafales et véhicules incendiés… au moins une personne a été tuée et plusieurs autres ont été blessées lors de ce rassemblement organisée par le Hezbollah pour dénoncer le rôle du juge d’instruction Tarek Bitar.

Des rafales d’armes automatiques, des explosions, des véhicules incendiés, des photos de l’ambassadrice des Etats-Unis brûlées… Des tirs ont été entendus, jeudi 14 octobre, à Beyrouth, lors d’un rassemblement de centaines de partisans du Hezbollah et du mouvement Amal (« Espoir ») pour protester contre le juge d’instruction Tarek Bitar, qui dirige l’enquête sur l’explosion survenue en août 2020 dans le port de la capitale libanaise.

Selon un premier bilan, les échanges de tirs ont fait au moins un mort et plusieurs blessés. La victime a été tuée par un tir dans la tête et trois des huit blessés sont dans une situation critique, a précisé Mariam Hassan, de l’hôpital Sahel, dans la banlieue sud de Beyrouth.

Les tirs ont retenti alors que le cortège passait dans le quartier de Tayouneh, situé entre la banlieue chiite au sud de la ville et le palais de justice où devait se terminer le rassemblement, et près de la ligne de front pendant la guerre civile libanaise, de 1975 à 1990.

Le premier ministre libanais, Najib Mikati, a lancé un appel au calme. Dans un communiqué, le chef du gouvernement a dit suivre les événements de près avec le chef d’état-major de l’armée pour envisager des mesures à prendre pour contrôler la situation. En début d’après-midi (heure de Beyrouth), les affrontements se poursuivaient et des tirs de roquettes RPG ont été entendus. L’armée libanaise a appelé les civils à évacuer les rues et a prévenu qu’elle tirerait contre tout élément armé qu’elle croisera dans la rue.

Le juge Bitar sous pression

L’incident survient peu après que la Cour de cassation du Liban a rejeté des plaintes déposées par deux anciens ministres contre le juge chargé de l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth, ce qui lui permet de reprendre ses investigations. M. Bitar avait été contraint mardi de suspendre son enquête dans l’attente du verdict de ce tribunal, provoquant la crise la plus grave au sein du gouvernement libanais depuis sa formation le mois dernier.

L’explosion survenue le 4 août 2020 et causée par le stockage sans mesure de précaution d’énormes quantités de nitrate d’ammonium a fait au moins 214 morts, plus de 6 500 blessés et dévasté plusieurs quartiers de la capitale. Mises en cause pour négligence criminelle, les autorités refusent toute investigation internationale et sont accusées par les familles des victimes et des associations de torpiller l’enquête locale.

Un soldat de l’armée libanaise dans les rues de Beyrouth, jeudi 14 octobre. Les tirs ont retenti alors que le cortège passait dans le quartier de Tayouneh, situé entre la banlieue chiite au sud de la ville et le palais de justice où devait se terminer le rassemblement.

Le Hezbollah, pro-iranien, et ses alliés exigent de dessaisir le juge d’instruction, l’accusant de politiser l’enquête, tandis que les responsables politiques refusent d’être interrogés par M. Bitar. Mardi, M. Bitar a émis un mandat d’arrêt contre le député et ex-ministre des finances Ali Hassan Khalil, membre du mouvement chiite Amal, allié du Hezbollah.

Mais il a été aussitôt contraint de suspendre son enquête après de nouvelles plaintes déposées par M. Khalil et un autre député et ex-ministre d’Amal, Ghazi Zaayter, qu’il souhaitait interroger.

L’affaire a failli faire imploser une réunion houleuse du gouvernement de Najib Mikati, formé en septembre après un blocage politique de près d’un an, les ministres relevant du Hezbollah et d’Amal ayant demandé que le juge soit remplacé, ce à quoi se sont opposés d’autres membres du cabinet.

Depuis qu’il a été chargé de l’enquête, M. Bitar a convoqué l’ex-premier ministre Hassan Diab et quatre ex-ministres en vue de leur inculpation. Ils ne se sont jamais présentés devant le juge, qui a également délivré un premier mandat d’arrêt resté sans exécution contre un ex-ministre des transports.

Le juge Bitar avait repris la semaine dernière son travail après une première suspension de l’enquête. Certains craignent qu’il ne connaisse le même sort que son prédécesseur, Fadi Sawan, écarté en février après l’inculpation de hauts responsables.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Explosion à Beyrouth : le juge Bitar sous pression

Le Monde avec AP, AFP et Reuters

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess