Au Mexique, les mineurs coincés sous terre sont mis en danger par la brusque montée des eaux


Un sauveteur participe à l’opération visant à atteindre 10 mineurs qui sont piégés dans une mine de charbon inondée depuis plus d’une semaine, dans la communauté d’Agujita, municipalité de Sabinas, État de Coahuila, Mexique, le 13 août 2022.

La mine inondée où dix travailleurs sont piégés depuis 11 jours dans le nord du Mexique a enregistré une « brusque augmentation du niveau de l’eau » dimanche. Le niveau de l’eau du puits numéro 2 atteint maintenant 12,92 m. Selon les autorités, les dix mineurs effectuaient des travaux d’excavation le 3 août, lorsqu’ils ont percé une nappe phréatique, causant l’effondrement et l’inondation de trois puits de charbon.

Vendredi, le niveau de l’eau du puits numéro 2 était à 70 cm, et pouvait permettre l’accès des secours. Dimanche, une « brusque hausse du niveau de l’eau » s’est produite dans la mine inondée, ce qui pourrait compliquer l’opération de sauvetage, d’après les autorités. Aux puits 3 et 4, l’eau atteint 15,5 m et 12,5 m respectivement, soit une hausse de 8 à 10 m par rappport aux niveaux enregistrés vendredi. Toujours selon le communiqué, « des ingénieurs évaluent la situation sur place et les raisons de cette hausse soudaine du niveau de l’eau. Ils mettront en place une nouvelle stratégie à même de permettre l’évacuation de l’eau de la mine d’El Pinabete ».

Cette nouvelle représente néanmoins un coup particulièrement dur pour les familles des mineurs qui ont exprimé samedi, la crainte d’une intervention trop tardive pour sauver leurs proches. Les autorités mexicaines avaient annoncé vendredi que les « conditions » étaient réunies pour que des secouristes entrent dans la mine inondée, à la recherche de ces 10 mineurs disparus.

Des parents de mineurs attendent des nouvelles près de la mine de charbon inondée où 10 mineurs sont piégés depuis le 3 août, dans la communauté d’Agujita, municipalité de Sabinas, État de Coahuila, Mexique, le 14 août 2022.
De l’eau est extraite de la mine de charbon inondée où dix mineurs sont piégés depuis le 3 août, dans la communauté d’Agujita, municipalité de Sabinas, État de Coahuila, Mexique, le 14 août 2022.

Grâce au pompage incessant, le niveau de l’eau a été abaissé à 70 centimètres dans l’un des trois puits parmi lesquels les secours devaient tenter de pénétrer, alors qu’il était de 30 mètres au lendemain de l’accident, le 3 août, avait déclaré le secrétaire à la Défense, Luis Cresencio Sandoval. Par la suite, le 7 août, c’est le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, qui s’était exprimé, lors d’une visite sur les lieux de l’accident, à Agujita, dans la localité de Las Sabinas, dans l’Etat du Coahuila : « Nous devons continuer de travailler pour sauver les mineurs. Nous devons continuer de faire ce que nous sommes en train de faire et plus encore. »

Mais mercredi, un plongeur qui avait pénétré dans un des puits, n’avait pu avancer, se heurtant « à des obstacles pour pouvoir entrer dans les galeries », selon le gouverneur de l’Etat de Coahuila, Miguel Riquelme.

Plusieurs centaines de personnes participent aux secours, notamment avec un drone sous-marin, pour sauver les mineurs dont les proches sont de plus en plus inquiets, à mesure que le temps passe.

Des secouristes participent à l’opération visant à atteindre 10 mineurs piégés dans une mine de charbon inondée depuis plus d’une semaine, dans la communauté d’Agujita, municipalité de Sabinas, État de Coahuila, Mexique, le 13 août 2022.

Tragédies minières

Producteur unique du charbon mexicain, l’Etat du Coahuila a l’habitude des tragédies minières. En juin 2021, sept ouvriers sont morts après un effondrement souterrain. Le 19 février 2006, soixante-cinq mineurs sont morts dans l’explosion d’une poche de gaz sous terre à Pasta de Conchos, une mine contrôlée par le conglomérat Grupo México. Seize ans plus tard, soixante-trois des soixante-cinq corps gisent toujours au fond de la mine.

Cela fait seize ans que les familles « exigent des mesures » contre les accidents « et leurs appels n’ont pas été entendus », a déploré la Compagnie de Jésus, qui accompagne les proches dans leur demande de justice devant les instances internationales.

En octobre 2010 au Chili, dans le désert de l’Atacama, trente-trois ouvriers avaient pu sortir d’une mine de cuivre, profonde de presque 700 mètres, après soixante-neuf jours sous terre et un éboulement.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess