Au Texas, l’envolée fulgurante mais discrète de l’éolien

Des éoliennes près de Sweetwater, au Texas, le mercredi 29 juillet 2020.

Des chutes de neige et des températures polaires comme le Texas n’en avait quasiment jamais connues. Mi-février, coincé par la vague de froid et un système électrique défaillant, l’Etat du sud des Etats-Unis a dû procéder à des coupures massives d’électricité pour éviter un black-out généralisé. Plus de 4 millions de Texans ont été plongés dans le noir, mardi 16 février, et plusieurs centrales nucléaires et à gaz ont dû être arrêtées pour raisons climatiques. Une image a frappé les esprits : celle de pales d’éoliennes gelées, incapables de tourner et bloquées par la glace.

Si les éoliennes ne représentent encore qu’une part minoritaire de la production d’électricité au Texas, elles connaissent une croissance fulgurante – mais discrète – dans le « Lone star State ». Au Texas, les éoliennes sont invisibles car on ne veut pas les voir. Dans la mythologie des Européens, c’est l’Etat des cow-boys et des ranchers ; celui du pétrole, de la série Dallas et de la famille Bush ; le paradis du gaz de schiste et des électeurs trumpistes. Alors, quand on découvre que l’Etat, vaste comme la France, est devenu un eldorado pour les énergies renouvelables, éoliennes et solaires, on tombe un peu des nues.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Texas au bord de la crise humanitaire après une vague de froid historique

A quatre heures d’Austin, capitale de l’Etat, dans les plaines de l’Ouest occupées naguère par les Comanches, en ce petit matin de février quelques jours avant l’épisode glaçant, perdu dans le brouillard, on ne distingue rien si ce n’est quelques vaches et un puits de pétrole isolé. Un bourdonnement se fait entendre, et enfin apparaît une éolienne géante de 110 mètres de haut, dont les pales d’une envergure de 60 mètres tournent majestueusement. Elle fait partie du parc de 76 éoliennes étalées sur une vingtaine de kilomètres au lieu-dit Live Oak, d’une capacité installée de 200 mégawatts pour le groupe français Engie. On trouve dans la région des fermes gigantesques, parmi les plus vastes du monde, avec 390 éoliennes à Sweetwater, 421 à Horse Hollow ou encore 627 à Roscoe, autour de la petite ville agricole d’Abilene.

Loi du marché

Au total, l’éolien représente désormais le quart de l’électricité produite au Texas, soit plus que le charbon, dont la part a été divisée par deux en dix ans pour tomber à moins de 20 %. L’envolée va se poursuivre. Avec le solaire, l’éolien représentera, en 2022, 36 % de la production de l’électricité texane, selon le service d’information sur l’énergie américain (EIA), faisant jeu égal avec le gaz naturel. Le français Engie fait partie des groupes venus à la conquête de ce marché florissant, pionnier aux Etats-Unis (en 2020, l’éolien a produit 8,8 % de l’électricité américaine et le solaire 2,3 %, contre 39,2 % pour le gaz naturel et 20 % pour le charbon).

Il vous reste 75.26% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Israël aurait financé la livraison de vaccins Spoutnik V pour Damas

Next Post

L’ambassadeur d’Italie meurt dans une embuscade dans l’est de la RDC

Related Posts