Au Togo, huit soldats tués dans une attaque « terroriste »


Une patrouille de l’armée togolaise dans le nord du pays, en février 2020.

Au moins huit soldats togolais ont été tués et treize blessés dans la nuit du mardi 10 à mercredi 11 mai au cours d’une attaque « terroriste » dans le nord du Togo, une première dans le pays jusque-là épargné par les violences, a annoncé le gouvernement.

« Aux environs de 3 heures, un poste avancé du dispositif de l’opération Kondjouaré, situé dans la localité de Kpinkankandi, a fait l’objet d’une violente attaque terroriste menée par un groupe d’individus lourdement armés non encore identifiés. Cette attaque a fait malheureusement huit morts et treize blessés du côté des forces de défense et de sécurité », souligne le gouvernement dans un communiqué lu à la télévision d’Etat.

Il s’agit de la première attaque « terroriste » meurtrière au Togo, où l’armée est déployée dans le nord pour faire face à la menace d’un débordement de la violence des groupes djihadistes présents au Burkina Faso voisin. Le Togo n’avait enregistré qu’une seule attaque en novembre 2021. Le gouvernement a dit « condamner fermement cette attaque lâche et barbare », précisant tout faire pour « rechercher et mettre hors d’état de nuire ces groupes armés terroristes ».

Selon un haut responsable militaire ayant requis l’anonymat, les soldats ont été attaqués par une soixantaine d’hommes à moto. « Les échanges de tirs ont duré plus de deux heures. Et c’est l’une des équipes en renfort qui a sauté sur un engin explosif improvisé », a-t-il précisé à l’AFP.

« Excroissance territoriale djihadiste »

En novembre 2021, des hommes armés avaient lancé une attaque contre les forces de sécurité dans le village de Sanloaga (extrême-nord), sans faire de victime. Une récente série de raids frontaliers dans les pays situés au sud du Sahel a confirmé les craintes que des groupes djihadistes de la région cherchent à progresser vers la côte.

Le Mali, le Burkina Faso et le Niger sont aux prises avec des insurrections djihadistes et les Etats voisins comme le Ghana, le Togo et la Côte d’Ivoire s’inquiètent de débordements à leurs frontières. En février, le Bénin en a déjà fait les frais après la mort dans le nord de neuf personnes, dont un Français, dans trois attaques à la bombe artisanale, les plus meurtrières dans le pays.

Les groupes djihadistes constituent des bases arrière au Burkina Faso et au Mali pour « s’étendre au Bénin, en Côte d’Ivoire, et dans une moindre mesure au Togo, au Ghana, au Sénégal et en Guinée », estime le chercheur Mathieu Pellerin, spécialiste des dynamiques politiques et sécuritaires au Sahel.

« Cette excroissance territoriale djihadiste va progressivement donner naissance à des foyers djihadistes de plus en plus endogènes dans ces Etats, composés de recrues locales et qui se nourrissent des fragilités » sur place, ajoute-t-il, dans un rapport publié en février par l’Institut français des relations internationales (IFRI).

Face à la menace grandissante, les Etats côtiers s’organisent, notamment avec l’initiative d’Accra lancée en 2017 par le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo, pour renforcer leur coopération sécuritaire.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess