Aux Etats-Unis, un accord de principe entre républicains et démocrates sur un contrôle renforcé des armes à feu


Le sénateur démocrate Chris Murphy (à gauche), et le représentant républicain Mike Thompson (2e à gauche) discutent avec des militants d’un plus grand contrôle des armes, lors d’un rassemblement à Washington, le 10 juin 2022.

A cinq mois des élections de mi-mandat, l’annonce relève d’un improbable miracle politique. Après plusieurs semaines de négociations, un groupe de vingt sénateurs républicains et démocrates se sont mis d’accord sur des mesures de contrôle accru sur les armes à feu. Il s’agit, selon un communiqué, dimanche 12 juin, d’une « proposition de bon sens et bipartisane pour protéger les enfants américains, préserver la sécurité des écoles et réduire la violence dans tout le pays ». Cet accord de principe, qui devra encore être soumis au vote, est le fruit d’un effort conduit par le sénateur démocrate Chris Murphy (Connecticut) et son collègue républicain du Texas, John Cornyn. Le président Joe Biden a immédiatement salué cette avancée, la plus importante « depuis des décennies » au Congrès.

Les récentes tueries, en mai, dans un supermarché de Buffalo et dans l’école texane d’Uvalde ont replacé cette question lancinante des armes à feu au cœur de l’actualité. Les élus au Congrès se trouvent sous une forte pression de l’opinion publique pour enfin agir. L’accord trouvé est constitué de petits pas, et non de ruptures, seule condition pour que dix républicains l’acceptent et que le second amendement de la Constitution demeure à leurs yeux intact, dans son interprétation la plus large.

Il faudra encore le traduire en textes législatifs, à la Chambre puis au Sénat, avant qu’il ne parvienne sur le bureau de Joe Biden pour signature. Le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, espère conclure le processus parlementaire avant la trêve estivale, soit le 4 juillet. « Est-ce que ce projet fera tout ce qui est nécessaire pour mettre un terme à l’épidémie de violence par armes à feu dans notre nation ? Non. Mais c’est un progrès réel, significatif. Et il brise un blocage de trente ans », a souligné Chris Murphy sur Twitter.

Une avancée inespérée

Le document vise à la fois à renforcer le secteur de la santé mentale et les mesures de sécurité dans les établissements scolaires, par des financements fédéraux, et à préciser la définition d’un vendeur d’armes, pour éviter la trop grande permissivité de certains. A ce stade, contrairement aux vœux des démocrates, l’âge minimum requis pour acheter des armes de guerre, comme le fameux AR-15, ne serait pas relevé de 18 à 21 ans. Quant à leur interdiction, elle n’est pas envisageable pour les républicains. Ces armes avaient été bannies à compter de 1993, avant expiration de la législation, en 2004. Mais l’ampleur des mesures envisagées représente tout de même une avancée inespérée, au vu de la polarisation farouche qui paralyse le Congrès.

Il vous reste 47.99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess