Aux Etats-Unis, un couple d’espions démasqué

Jonathan et Diana Toebbe, au centre correctionnel de Charleston (Virginie-Occidentale), aux Etats-Unis.

Un couple bien sous tous rapports, vivant dans une maison un peu triste de la banlieue d’Annapolis (Maryland) avec ses enfants de 11 et 15 ans, qui transfère des secrets atomiques à une puissance étrangère : nous ne sommes pas dans un remake de la série sur les espions prorusses The Americans, mais dans la vraie vie. Celle de Jonathan Toebbe et de sa femme Diana, accusés d’avoir voulu transmettre des dossiers ultra-confidentiels sur les moteurs des sous-marins atomiques américains, qui devraient équiper les futurs sous-marins australiens. Les deux suspects ont été arrêtés par le FBI le 9 octobre et inculpés d’espionnage par un grand jury mardi 19 octobre.

Lire le grand récit : Article réservé à nos abonnés Comment Aukus a torpillé la vente de sous-marins français à l’Australie

L’affaire, digne d’un roman d’espionnage, commence en décembre 2020 : le FBI est informé par une puissance étrangère – mais manifestement amie – qu’un individu l’a contactée en avril 2020 et lui a proposé des documents secrets de la marine américaine. « Je m’excuse pour cette mauvaise traduction dans votre langue. Faites suivre s’il vous plaît cette lettre à votre agence de sécurité militaire. Je crois que cette information sera de grande utilité pour votre pays. Ce n’est pas un canular », écrit l’individu sur la messagerie sécurisée Proton.

Immédiatement, dès le 26 décembre, le FBI prend contact avec le mystérieux émissaire, en se faisant passer pour un représentant de la puissance étrangère. L’homme est méfiant, il refuse toute rencontre en tête-à-tête, renâcle à déposer des documents dans une boîte aux lettres, de peur d’être piégé. La confiance est établie lorsque le FBI lui fait un premier versement de 10 000 dollars (8 600 euros) en cryptomonnaie Monero et lui envoie un mystérieux « signal » physique lors d’un déplacement à Washington, depuis des locaux de l’ambassade de la puissance étrangère qui a collaboré à l’affaire.

Une carte mémoire dans un sandwich

Rendez-vous est pris pour déposer les premiers documents en Virginie-Occidentale le 26 juin. Un homme arrive accompagné d’une femme et dépose à 9 h 44 une carte mémoire de 16 gigabits, protégée par un film plastique, entre deux tranches de pain d’un sandwich au beurre de cacahuète. Le couple rôde jusqu’à 11 h 22, manifestement pour vérifier qu’il n’est pas suivi, et repart en voiture, une BMW mini Cooper.

Le FBI identifie Jonathan Toebbe, 42 ans, un ingénieur nucléaire de l’US Navy, habilité « top secret » par le Pentagone et « Q » par le ministère de l’énergie. Depuis 2012, il travaille à la division réacteurs des sous-marins d’attaque nucléaires de la classe Virginia et s’efforce de réduire les nuisances sonores et les vibrations. L’accompagnatrice n’est autre que sa femme, Diana, 45 ans, professeure de littérature et d’histoire dans une école privée d’Annapolis.

Il vous reste 55.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess