Biélorussie : après les opposants politiques, les chercheurs indépendants ciblés par le régime

Viktor Babaryko, opposant au président biélorusse Alexandre Loukachenko, dans la court de justice de Minsk, le 6 juillet 2021.

Le régime biélorusse poursuit sa répression effrénée de l’opposition. L’ancien principal rival d’Alexandre Loukachenko à l’élection présidentielle, Viktor Babaryko, a été condamné, mardi 6 juillet, à quatorze ans de prison pour corruption. Considéré comme un prisonnier politique par les défenseurs des droits de l’homme, cet ancien banquier de 57 ans avait été arrêté peu avant le scrutin du 9 août 2020. Il devra effectuer sa peine « dans une colonie pénitentiaire de sécurité renforcée », ont précisé ses soutiens sur son compte Twitter.

Lire aussi Biélorussie: Viktor Babaryko condamné à quatorze ans de prison pour corruption

Viktor Babaryko, qui a toujours clamé son innocence, a également été condamné à rembourser 46 millions de roubles biélorusses (15 millions d’euros) de dommages et intérêts, une amende de 45 000 euros et l’interdiction d’exercer des fonctions de direction, selon l’ONG Viasna. Le procureur avait requis quinze ans de prison, la peine maximale.

« C’est une peine insensée visant un individu qui avait décidé de se lancer en politique et était devenu l’un des leaders ayant réveillé le pays d’un long sommeil », a réagi Svetlana Tsikhanovskaïa, figure de proue de l’opposition, en exil en Lituanie. L’ambassade américaine à Minsk a dénoncé « l’imposture cruelle » de la justice biélorusse. Selon l’Union européenne, « cette condamnation est l’un des cent vingt-cinq verdicts récents inéquitables et arbitraires rendus par les tribunaux biélorusses dans le cadre de procès à motivation politique ». L’UE a exigé la libération « immédiate et inconditionnelle » de M. Babaryko, ainsi que des 530 autres prisonniers politiques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Biélorussie, procès à la chaîne des opposants de Loukachenko

Mouvement de protestation sans précédent en Biélorussie

La condamnation de Viktor Babaryko survient dans un climat de poursuites tous azimuts contre les opposants, défenseurs des droits de l’homme, ONG et journalistes. Les autorités ont notamment bloqué le principal média indépendant du pays, Tut.by, et arrêté, fin mai, un journaliste d’opposition en exil, Roman Protassevitch, en détournant vers Minsk l’avion de ligne dans lequel il voyageait.

Lire aussi Les proches du dissident biélorusse Roman Protassevitch dénoncent ses aveux : « Les vidéos de ce genre sont tournées sous la pression »

La réélection frauduleuse d’Alexandre Loukachenko a déclenché un mouvement de protestation sans précédent en Biélorussie. Pendant des mois, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pacifiquement, avant de subir une violente répression. L’Union européenne et les Etats-Unis ont alors pris de nouvelles sanctions, économiques et individuelles, visant de hauts responsables biélorusses et des hommes d’affaires, ainsi que les secteurs-clés de la potasse, du pétrole et du tabac.

Il vous reste 48.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

Mercato : Hakimi au PSG, le transfert le plus cher de l’été (officiel)

Next Post

En Côte d’Ivoire, la vie précaire des chercheuses d’or

Related Posts