Bolivie : l’ex-présidente par intérim Jeanine Añez condamnée à dix ans de prison pour l’organisation d’un coup d’Etat


Jeanine Añez, en janvier 2020 à La Paz.

L’ex-présidente par intérim de Bolivie, Jeanine Añez, a été condamnée, vendredi 10 juin, à dix ans de prison pour avoir mené un coup d’Etat contre son prédécesseur de gauche, Evo Morales, en 2019.

Le Tribunal de première instance de La Paz a décidé d’une « condamnation » d’une « peine de dix ans » d’emprisonnement, à purger dans une prison pour femmes de La Paz, trois mois après le début du procès et quinze mois après le placement en détention provisoire de l’ancienne cheffe de l’Etat de droite.

Mme Añez, âgée de 54 ans, a été condamnée « pour les délits de résolutions contraires à la Constitution et de manquement aux devoirs ».

« J’ai fait ce que j’avais à faire »

Lors de sa dernière déclaration, elle avait affirmé que le tribunal avait « exclu » des preuves permettant de démentir un renversement de M. Morales, qui a passé quatorze ans au pouvoir.

« Je n’ai pas fait en sorte de devenir présidente, mais j’ai fait ce que j’avais à faire. J’ai assumé la responsabilité de la présidence par obligation, selon la Constitution établie », a déclaré Jeanine Anez au juge. Elle avait annoncé qu’elle ferait appel d’une éventuelle condamnation : « Nous n’en resterons pas là, nous irons devant la justice internationale ».

Jeanine Añez a été jugée pour ses actes en tant que sénatrice, avant d’assumer la présidence par intérim, à partir du 12 novembre 2019. Elle succédait ainsi à Evo Morales, deux jours après la démission de celui-ci, dans un contexte de forte agitation sociale. Les opposants ont accusé M. Morales d’avoir commis des fraudes lors des élections d’octobre de cette année-là afin de s’assurer un quatrième mandat consécutif jusqu’en 2025.

Le Monde avec AP et AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess