Chelsea entre dans une nouvelle ère avec le rachat du club de football par des milliardaires américains

Le week-end a été aigre-doux pour les supporteurs du club de football de Chelsea. Sur le terrain, samedi 7 mai, le médiocre match nul (2-2) concédé dans son stade de Stamford Bridge contre Wolverhampton est venu souligner une fin de saison en demi-teinte, après une élimination en quarts de finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid, le 12 avril. Dans les tribunes, le même jour, se trouvait le probable nouveau propriétaire du club. Si le gouvernement britannique et les autorités de la Premier League donnent leur accord, ce qui semble presque certain, Todd Boehly, un milliardaire américain, va être le nouveau propriétaire de Chelsea, qui remplacera Roman Abramovitch.

Les yeux dissimulés par des lunettes noires, ne perdant pas le sourire malgré le résultat décevant, il sait qu’il va devoir convaincre des supporteurs qui ont adoré l’oligarque russe. Samedi, le club a annoncé qu’un accord avait été trouvé pour son rachat. M. Boehly est l’homme mis en avant, mais il s’agit en fait d’un consortium venant essentiellement des Etats-Unis. Le fonds d’investissement Clearlake Capital va mettre la majorité de l’argent, tandis que M. Boehly investit aux côtés de Mark Walter, un autre milliardaire américain.

Les deux hommes se connaissent de longue date, et ils sont ensemble copropriétaires de 27 % des Los Angeles Lakers, une équipe de basket-ball. Le milliardaire suisse Hansjoerg Wyss est également présent dans le consortium. Leur acquisition de Chelsea se fait pour 2,5 milliards de livres, auxquels s’ajoute la promesse d’investir 1,75 milliard de livres supplémentaire dans le club, soit un total de 4,25 milliards de livres (4,97 milliards d’euros). M. Abramovitch, passible de sanctions après l’invasion russe de l’Ukraine, le 24 février, ne touchera en principe pas un centime sur la vente du club. Le produit de la vente sera mis sur un compte gelé, et l’argent doit progressivement être distribué à des associations caritatives.

Les supporters prudents

L’ère de l’oligarque russe se referme ainsi, deux décennies après son arrivée dans le football anglais, en 2003. Au total, l’homme a essuyé une perte d’environ 2 milliards de livres, à laquelle s’ajoute la saisie du club. Ne donnant guère d’interviews, il n’a jamais expliqué le vrai motif de cette générosité : volonté de laver son image ? Caprice de milliardaire ? Les fans ne se sont guère embarrassés de telles questions, et M. Abramovitch est devenu extrêmement populaire. Il faut dire qu’il a transformé ce club sans palmarès pour en faire un géant du football, avec cinq titres de Premier League et deux en Ligue des Champions, pour ne citer que les plus prestigieux. La guerre en Ukraine a tout changé.

Il vous reste 38.49% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess