Classé « agent de l’étranger », un média indépendant russe annonce sa fermeture

Le média russe indépendant VTimes a annoncé, jeudi 3 juin, sa fermeture par crainte de poursuites judiciaires après avoir été classé « agent de l’étranger », une catégorie controversée qui implique de lourdes contraintes et de potentielles amendes.

Dans un communiqué, la rédaction a expliqué avoir étudié plusieurs possibilités pour poursuivre son existence, malgré la décision des autorités russes à la mi-mai qui a fait fuir les annonceurs. « Dans chaque scénario, il y avait un risque de poursuite criminelle contre les employés du journal avec de potentielles privations de liberté », a conclu la rédaction.

Elle ajoute que ce statut d’« agent de l’étranger » a « brisé » son modèle économique en la mettant en difficulté avec les annonceurs sans que les donations des lecteurs soient suffisantes pour continuer. Ce statut l’a aussi privée de certaines sources, précise-t-elle : « Des fonctionnaires, des hommes d’affaires et même des analystes ont peur de parler à “un agent de l’étranger”. »

« Le VTimes est poussé dans la niche des médias d’opposition. Mais nous avions imaginé et fait un tout autre média », regrette la rédaction, qui précise que la fermeture effective aura lieu le 12 juin, un jour férié en Russie, qui commémore l’indépendance du pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Russie, la répression contre les pro-Navalny vise aussi des employés du métro de Moscou

Tour de vis contre la presse indépendante

Ces dernières semaines, les autorités russes ont effectué un tour de vis contre la presse indépendante et l’opposition, à l’approche des élections législatives de septembre. Un autre média en ligne très réputé, Meduza, basé en Lettonie, a également été déclaré « agent de l’étranger », ce qui l’a amputé d’importantes ressources publicitaires et l’a obligé à lancer une levée de fonds pour survivre.

Le 14 mai, VTimes a été déclaré « agent de l’étranger », car enregistré aux Pays-Bas, selon le ministère de la justice. Le site avait été fondé l’année dernière par des transfuges du quotidien économique Vedomosti – longtemps un titre de référence en Russie – qui avaient claqué la porte de ce journal après sa reprise en main par des fidèles du Kremlin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Russie, un suicide révélateur du harcèlement des journalistes

En Russie, les organisations ou individus déclarés « agents de l’étranger » doivent, selon une loi de 2012, s’enregistrer auprès des autorités, effectuer de fastidieuses démarches administratives et indiquer clairement ce statut dans leurs publications.

La Radio Svoboda, financée par le Congrès américain et classé en Russie « agent de l’étranger », a été condamnée ces derniers mois à de lourdes amendes pour n’avoir pas communiqué ce statut.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « En Russie, le journalisme d’investigation remporte des succès paradoxaux »

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

Israël : une coalition historique unie contre Benyamin Nétanyahou

Next Post

Nouveau “boss” des lutteurs: Découvrez les millions gagnés par Balla Gaye 2

Related Posts