Covid-19 dans le monde : Israël va vacciner les Palestiniens qui ont un permis de travail

La pandémie du nouveau coronavirus a fait plus de 2 526 000 morts dans le monde, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, dimanche 28 février.

  • Des vaccins israéliens pour les travailleurs palestiniens

Les autorités israéliennes ont annoncé dimanche 28 février qu’Israël allait vacciner contre le Covid-19 les 100 000 Palestiniens qui travaillent sur le sol israélien ou dans les territoires occupés en Cisjordanie.

Le Cogat, l’organe du ministère de la défense qui supervise les activités civiles dans les territoires occupés, a précisé que cette campagne de vaccination, menée avec le ministère israélien de la santé, débuterait dans les « prochains jours » à des points d’entrée de la Cisjordanie occupée à Israël et dans des « zones industrielles » des colonies israéliennes.

Plus de 4,65 millions d’Israéliens (50 % de la population) ont reçu au moins une première dose depuis le lancement, le 19 décembre, d’une campagne à la faveur d’un accord avec le laboratoire Pfizer. Les Palestiniens, en revanche, n’ont reçu qu’un peu plus de 30 000 doses de vaccins, dont 2 000 d’Israël, qui s’est engagé à leur en fournir 5 000.

Une polémique a enflé la semaine dernière en Israël, car le premier ministre, qui avait assuré que les stocks de vaccins étaient suffisants pour sa population, a souhaité distribuer les excédents pour « acheter la bonne volonté » de pays amis. Une initiative bloquée jeudi par le ministère de la justice.

Editorial : Israël et le vaccin contre le Covid-19 : une victoire et un faux pas
  • En Hongrie, Viktor Orban a reçu le vaccin chinois Sinopharm

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a été vacciné contre le Covid-19 avec le vaccin du laboratoire chinois Sinopharm ; la Hongrie est devenue cette semaine le premier pays de l’Union européenne à l’utiliser. Il a immortalisé cette injection par une photo et une vidéo sur Facebook. Le président Janos Ader s’était aussi fait administrer ce vaccin vendredi.

La Hongrie a commencé mercredi à utiliser le vaccin Sinopharm, après s’être déjà démarquée en recourant au vaccin russe Spoutnik V sans attendre le feu vert de l’Agence européenne des médicaments, jugé trop lent par M. Orban. Près d’un demi-million de Hongrois ont reçu au moins une dose de vaccin, principalement de Pfizer, mais l’arrivée des lots chinois devrait permettre de rapidement monter en puissance, même si la population reste réticente face à ce vaccin.

  • Aux Etats-Unis, les enfants « très probablement » vaccinés début 2022

L’immunologue Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche, a annoncé dimanche que les enfants américains de moins de 12 ans pourraient « très probablement » être vaccinés au début du premier trimestre de 2022, voir peut-être dès l’automne 2021. Le sujet est crucial dans le pays, où des millions d’enfants suivent toujours une éducation à distance.

Depuis samedi, l’agence américaine du médicament, la FDA, a délivré son autorisation à un troisième vaccin, celui de Johnson & Johnson, qui à l’avantage d’être unidose et stockable au réfrigérateur. Mais ni celui-ci, ni les deux autres déjà largement déployés, Pfizer-BioNTech et Moderna, ne sont pour l’instant pas administrables aux moins de 16 ans.

Notre sélection d’articles sur les vaccins contre le Covid-19

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Andrea Enria : « Cette fois, les banques ne sont pas la source du problème de la crise »

Next Post

Importante marée noire en Israël : un pétrolier grec mis hors de cause

Related Posts