Covid-19 en Allemagne : Angela Merkel abandonne le renforcement des mesures à Pâques et « demande pardon »

Le gouvernement d’Angela Merkel a renoncé, mercredi 24 mars, à imposer de nouvelles mesures sanitaires plus restrictives pour le long week-end de Pâques. La chancelière avait dû convoquer une nouvelle réunion de crise avec les 16 Etats-régions, deux jours après un sommet anti-Covid qui a cristallisé les mécontentements.

Outre la prolongation des restrictions existantes jusqu’au 18 avril – dont la fermeture des lieux de culture et de loisirs, des bars et des restaurants, ainsi que des commerces non essentiels – et l’allongement du week-end de Pâques, ce sommet avait débouché sur l’interdiction d’effectuer des locations de vacances dans tout le pays, ainsi que sur une « pause » de cinq jours.

Les Allemands étaient invités à « rester chez eux », jusqu’au lundi 5 avril inclus, sans se retrouver à plus de cinq personnes appartenant à deux foyers différents. Il était prévu que tous les commerces – et non pas uniquement ceux considérés comme non essentiels – ferment. Enfin, il avait aussi été demandé aux églises d’organiser des messes virtuelles pour éviter les rassemblements, comme cela fut déjà le cas lors des fêtes de Pâques en 2020.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : en Allemagne, de nouvelles mesures limitées malgré une « situation très, très grave »

« Pas de plan, pas d’imagination, stupide »

Mais, après un examen juridique par différents ministères, de nombreux problèmes étaient apparus dans l’organisation de cette « pause », a expliqué le président du parti conservateur CDU, Armin Laschet. « C’était une erreur sous cette forme et ce n’était pas applicable de cette manière », a-t-il expliqué.

La chancelière s’est elle aussi exprimée, mercredi, à l’issue de la réunion avec les Etats-régions : « Une erreur doit être appelée une erreur et, plus important encore, elle doit être corrigée et si possible à temps. » « Je sais que cette proposition a provoqué une incertitude supplémentaire, je le regrette profondément et pour cela je demande pardon à tous les citoyens », a-t-elle aussi déclaré.

Cette idée d’un verrouillage pour cinq jours à Pâques avait été pensée avec « les meilleures intentions », selon elle, dans le but de « ralentir et inverser la troisième vague de la pandémie », mais elle « n’était pas réalisable dans un court laps de temps ». La chancelière doit prendre la parole au Bundestag, la chambre basse du Parlement, plus tard dans la journée. « Pas de plan, pas d’imagination, stupide », a sévèrement résumé, mercredi, le quotidien conservateur Die Welt.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fort recul des conservateurs dans deux élections régionales en Allemagne

« La situation est grave, très grave », avait prévenu Angela Merkel à l’issue du sommet de lundi. « Le nombre de cas augmente de manière exponentielle et les lits de soins intensifs se remplissent à nouveau », avait décrit Mme Merkel, lors d’une conférence de presse organisée au milieu de la nuit.

L’Allemagne, où le taux d’incidence s’établissait mercredi à 108,1 contaminations pour 100 000 habitants, a dépassé les 75 000 morts dus au Covid-19 et les semaines à venir ne s’annoncent pas plus favorables malgré les restrictions. Le variant britannique a en effet provoqué une « nouvelle épidémie », selon la chancelière, et menace de saturer les services de réanimation, comme c’est déjà le cas en France.

« Je suis convaincue que nous vaincrons le virus ensemble. Le chemin est dur et caillouteux, jalonné de succès et d’échecs. Mais le virus perdra peu à peu sa propension à nous faire peur », a souhaité conclure la dirigeante, sur une note plus positive.

Notre sélection d’articles sur le Covid-19

Retrouvez tous nos articles sur le SARS-CoV-2 et le Covid-19 dans notre rubrique

Sur l’épidémie :

Et aussi :

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Infidélité: Des femmes mariées, avec des amants qu’elles ne cachent presque pas

Next Post

Au Brésil, la partialité de l’ancien juge Moro dans l’affaire Lula reconnue par la Cour suprême

Related Posts