Covid-19 : en Russie, une hécatombe sur fond de défiance envers l’Etat

Un centre de vaccination contre le Covid-19, à Moscou, le 21 octobre 2021.

Pour tenter de percer le grand mystère russe, celui d’un pays en pointe dans la conception de vaccins contre le Covid-19 mais dont la population refuse obstinément la vaccination, l’endroit en vaut bien un autre. La rue Gamaleïa, calme et arborée, dans le nord-ouest de la mégalopole moscovite, n’a qu’une seule particularité : elle abrite l’institut du même nom, fierté nationale et développeur du vaccin vedette de la Russie, le Spoutnik V.

Ce n’est pas ce voisinage qui a convaincu Diana Stroukova, agent d’assurances, de se faire vacciner mais… ses relations à la morgue du quartier. « Je comprends la peur des gens et leur manque de confiance en l’Etat, mais quand on voit la situation, il ne devrait plus y avoir de doutes », note cette femme de 48 ans qui promène ses chiens au pied de la longue clôture derrière laquelle s’abritent les nombreux bâtiments de l’Institut Gamaleïa.

La « situation », c’est une mortalité due au Covid-19 qui atteint des sommets en Russie – 1 200 décès par jour, une statistique officielle considérée comme peu fiable et minimaliste. Depuis le début de l’épidémie, la surmortalité par rapport à la moyenne des années précédentes dépasse les 720 000 morts, une catastrophe démographique qui fait de la Russie l’un des pays les plus endeuillés au monde. Les autorités elles-mêmes ont reconnu le 12 novembre que 92 % de cette surmortalité était attribuable à l’épidémie, ce qui équivaut à une correction majeure des statistiques officielles.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Covid-19 : en Russie, une mortalité toujours plus forte, jour après jour

Plus que les loteries ou les campagnes de communication, cet argument devrait porter. Pourtant, la population russe reste l’une des moins vaccinées d’Europe : au 11 novembre, 34,5 % des Russes avaient reçu deux doses de l’un des trois vaccins nationaux (Spoutnik V, EpiVacCorona et CoviVac). Moscou ne dépareille pas, avec des chiffres comparables à cette moyenne nationale.

« Le pouvoir ne fait que mentir »

Les explications de ceux qui refusent la vaccination, au pied des immeubles de la rue Gamaleïa, ressemblent à ce que l’on peut entendre ailleurs dans le monde. Il y est question d’informations contradictoires, de l’impossibilité de démêler le vrai du faux.

Galina, 52 ans, professeure d’anglais, s’est fait vacciner ; sa fille de 30 ans s’y refuse, craignant des effets indésirables sur la fertilité. Les deux ont fait des recherches, sans arriver à une conclusion tranchée. Son mari, lui, a été forcé de se vacciner par son entreprise, sous peine de licenciement. « Si l’on peut quand même finir à l’hôpital, à quoi bon ? », demandait-il.

Il vous reste 68.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess