Covid-19 : en Suisse, la cinquième vague déferle sur la population la moins vaccinée d’Europe de l’Ouest

Un manifestant, lors d’une marche non autorisée contre les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 à Zurich, en Suisse, le 30 octobre 2021.

Le gouvernement suisse finira-t-il à son tour par prendre la décision ultime, le confinement, comme en Autriche, des seuls non-vaccinés ? Alors que le taux de contamination remonte en flèche dans la Confédération depuis cinq semaines, avec une très forte accélération ces derniers jours, le Conseil fédéral devait se réunir mercredi 17 novembre à Berne pour évaluer un durcissement des mesures qui n’ont plus évolué depuis le 14 octobre dernier, quand les tests rapides (antigéniques) sont devenus payants afin d’encourager la population à la vaccination.

Pourtant rien n’y fait, cette dernière stagne à 65 % (schéma vaccinal complet) depuis des semaines. Alors même que la cinquième vague n’est plus seulement aux portes du pays, comme l’imaginait encore lundi le directeur du CHU de Genève, Bertrand Levrat, au micro de la radio publique RTS : « Le grizzly est actuellement dans la forêt en Allemagne. Le nombre de patients est susceptible de doubler tous les cinq jours. »

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Estimé officiellement à 5 millions de morts, le bilan de la pandémie de Covid-19 pourrait être trois fois plus élevé

De fait, avec 471 cas pour 100 000 habitants sur les quatorze derniers jours, le virus poursuit sa progression spectaculaire après un été où la crise avait presque été oubliée. La Suisse suit ainsi, avec un décalage d’une dizaine de jours, la trajectoire de son voisin autrichien ; le taux de contamination dans la Confédération est, par exemple, cinq fois supérieur à celui de la France et d’autres pays du sud européen davantage vaccinés.

« Semaine nationale de la vaccination »

Avec un contraste marqué entre les grandes villes (Zurich, Genève, Bâle et Lausanne) où la hausse est modérée, tandis que dans cinq petits cantons ultraconservateurs de Suisse centrale et orientale, le nombre d’infections explose avec jusqu’à 1 300 cas pour 100 000 personnes. Comme en Appenzell où plus d’une personne sur cent est atteinte du Covid-19 en même temps.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Covid-19 : l’Europe est redevenue le moteur de la pandémie

Les nouvelles infections des dernières semaines ont des effets sur les hospitalisations, avec une moyenne de 33 par jour à travers le pays. Dans les unités de soins intensifs, le taux d’occupation est de 74 %, les cas Covid représentant 15 % du total. « La moitié des personnes en soins intensifs ont moins de 60 ans, note Virginie Masserey, directrice à l’Office fédéral de la santé publique. Une nouvelle surcharge n’est pas exclue. »

Pour booster les injections dans la population la moins vaccinée d’Europe de l’Ouest, le gouvernement a eu l’idée d’une grande « semaine nationale de la vaccination » fort coûteuse, avec le soutien public de quatorze anciens ministres restés populaires, et une offensive de communication tous supports. En vain. Dimanche 14 novembre, au terme de sept jours de campagne, seules 34 000 injections avaient été effectuées. Plus cocasse, un concert de soutien à l’effort vaccinal avec des stars nationales de la pop et du rap, a tourné au fiasco à Lausanne, après que la majorité des billets ont été raflés par des militants antivax qui ont soigneusement évité de se présenter à l’événement.

Il vous reste 39.15% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess