Covid-19 : les Pays-Bas réinstaurent un confinement partiel

Contrôle du passe sanitaire devant un bar, à Eindhoven aux Pays-Bas, le 12 novembre 2021.

Il a beau être « doux », le reconfinement partiel que vont vivre les Pays-Bas pour trois semaines au moins, à partir du samedi 13 novembre, ressemble à une douche froide pour des Néerlandais viscéralement attachés aux libertés. Le premier ministre, Mark Rutte, en convenait lui-même, vendredi soir, lors d’une intervention télévisée : c’est « un message très ennuyeux » qu’il a délivré à ses concitoyens.

Mais c’était aussi, insistait-il, un appel urgent et pressant. Avec plus de 16 000 contaminations quotidiennes enregistrées au cours des deux derniers jours, le royaume battait ses pires records des vagues précédentes. Et l’équipe de gestion de la pandémie, qui conseille les autorités, avait lancé un avertissement très clair, jeudi : il était urgent d’agir, car après l’assouplissement général des mesures il y a cinq semaines, la situation se détériorait trop rapidement.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Devant la flambée des contaminations, les Pays-Bas mettent fin à la fête estivale

Une forte surmortalité (+ 600 décès) enregistrée au cours de la première semaine de novembre, plus de 90 000 nouvelles contaminations en l’espace d’une semaine, un nombre d’hospitalisations guère éloigné des pires moments et un pays coloré en noir sur les cartes européennes… Il n’était plus question de tergiverser pour un gouvernement démissionnaire qui, même s’il était divisé sur l’ampleur de la riposte à décréter, a fini par se ranger derrière M. Rutte et son ministre de la santé, Hugo de Jonge.

Bars et restaurants fermés à 20 heures

Tandis qu’à l’extérieur, quelques dizaines de manifestants protestaient et allumaient des feux de Bengale, le chef du gouvernement, la mine sombre, égrenait ses décisions. Les bars, restaurants et supermarchés fermeront leurs portes à 20 heures, les magasins jugés non essentiels à 18 heures. Le télétravail devrait être à nouveau généralisé et, dans les secteurs où il est impossible à mettre en place, les employeurs pourront bientôt exiger la présentation d’un passe sanitaire – ce qui suppose toutefois un changement législatif.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Covid-19 : l’Autriche veut confiner les non-vaccinés

Les réunions au domicile devront être limitées à quatre personnes et la quarantaine généralisée à toute une famille si un seul de ses membres est testé positif. La distanciation obligatoire à 1,5 mètre fait, elle, son retour dans tous les endroits où le passe sanitaire n’est pas exigé. Les grands événements seront limités à 1 250 personnes, avec contrôle obligatoire du passe et clôture impérative à 18 heures. Dans l’enseignement supérieur, un auditoire ne pourra regrouper plus de 75 élèves.

Instauration d’un passe sanitaire

Après des hésitations, les autorités ont décidé que les théâtres, les cinémas et les salles de concert ne subiraient quant à eux pas de restrictions supplémentaires. Pas plus que les écoles. Les rencontres sportives de tous les niveaux devront, en revanche, se dérouler sans public, ce qui sera sans doute l’une des décisions les plus impopulaires : l’équipe nationale de football doit en effet rencontrer la Norvège mardi 16 novembre, à Rotterdam, lors d’une rencontre décisive pour sa qualification pour la prochaine Coupe du monde.

Il vous reste 23.81% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess