Crise France-Algérie : jusqu’où iront les tensions diplomatiques entre les deux pays ? Posez vos questions

Le président français a dit deux choses très différentes lors de sa rencontre du 30 septembre à l’Elysée avec des jeunes issus des différents groupes de mémoire liés à la guerre d’Algérie. En premier lieu, il évoque un « système politico-militaire » algérien qui se serait construit à ses yeux sur une « rente mémorielle » et une « haine de la France » depuis l’indépendance de 1962. La formule a évidemment outré les dirigeants algériens qui n’apprécient guère l’allusion au soubassement militaire du régime. Par contre, l’opposition ne pouvait s’en émouvoir car c’est précisément ce qu’elle dénonce depuis le début en février 2019 du Hirak, avec ses mots d’ordre sur « l’Etat civil et non militaire ».

Mais Emmanuel Macron a ruiné l’éventuelle sympathie que pouvaient susciter ses propos dans l’opinion publique algérienne en posant la question de l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française. C’est une gaffe psychologique majeure. Cette question, apparemment ingénue mais qui reprend une thématique très « Algérie française », a indigné l’ensemble des Algériens, une émotion patriotique qui a permis au régime de ressouder les rangs autour de lui

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess