« D’Abraham Lincoln, premier président du Parti républicain moderne, à QAnon… Que s’est-il passé ? »

C’est l’histoire d’une régression, comme il en arrive ailleurs. Longtemps, le Parti républicain américain, s’est présenté comme une grande maison – une « grande tente », disait-on, par goût du plein air. Plusieurs tendances y cohabitaient : le compromis passait pour une qualité politique. C’est fini. Le Parti républicain, l’un des piliers de la démocratie américaine, se comporte, depuis plusieurs années déjà, comme une secte : il veut exclure les non-croyants.

La présidence de Donald Trump a accentué cette dérive. On dira qu’il s’est trouvé, samedi 13 février, sept sénateurs républicains pour voter la destitution de Trump, au motif que celui qui était encore président le 6 janvier a inspiré l’assaut lancé ce jour-là contre le Congrès des Etats-Unis. Il aurait fallu dix voix républicaines de plus pour condamner l’incendiaire et le rendre à jamais inéligible.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’acquittement de Donald Trump confirme la profonde division du Parti républicain

Dans une partie de la hiérarchie républicaine, la révolte anti-Trump gronde. Sans doute trop tard. A l’ombre des palmiers de Mar-a-Lago, son refuge hispano-mauresque de Floride, Trump compte son magot – soit 175 millions de dollars (145 millions d’euros) de donations politiques à sa disposition, dit le New York Times.

Il va s’en servir pour punir les dissidents républicains, ceux qui ont osé voter sa destitution ou ceux qui, en janvier, ont entériné la victoire du démocrate Joe Biden – que Trump, sans le début d’une preuve, a qualifiée de « vol ». Trump financera des candidatures contre les « traîtres » lors des primaires républicaines de novembre 2022. Le chef exige allégeance à sa personne, comme dans un culte religieux.

Tournant intégriste

Pour l’heure, une majorité d’électeurs républicains se dit toujours fidèle à Trump. « Le Parti républicain est à Donald Trump et à personne d’autre », lance Marjorie Taylor Greene, nouvelle élue républicaine de Géorgie, ex-membre de la secte QAnon – un groupe de suprémacistes blancs qui défend une thèse originale : Trump aurait été choisi par Dieu pour combattre un complot mondial ourdi contre l’Amérique par une bande d’adorateurs de Satan pédophiles réfugiés au sein du Parti démocrate. Trump n’a jamais dénoncé la secte QAnon. L’élection de Taylor Greene est un marqueur dans l’évolution du parti : d’Abraham Lincoln (1809-1865), premier président du Parti républicain moderne, à QAnon… Que s’est-il passé ?

Lire aussi Marjorie Taylor Greene, la républicaine complotiste de l’extrême vue comme un « cancer » jusque dans son propre parti

Trump est venu apporter sa « touche » aux « valeurs » défendues par le parti depuis les années 1980 : conservatisme sociétal à forte tendance religieuse, défiance à l’adresse de l’Etat fédéral, désarroi devant la montée des minorités ethniques, méfiance à l’égard de la science (climat, vaccins, théorie de l’évolution), le tout porté par un patriotisme revendiqué haut et fort, justifiant un soutien sans faille au budget de la défense.

Il vous reste 52.03% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Adji Sarr sur son viol supposé : « C’est la première fois que je faisais un rapport s*xuel »

Next Post

Au Sahel, les limites du « en même temps » d’Emmanuel Macron

Related Posts