Danone prêt à céder ses parts dans le groupe chinois Mengniu

A l’entrée de l’usine Danone de Bailleul (Nord), le 23 novembre 2020.

Tout le monde se souvient de la photo d’Antoine Riboud, fondateur de Danone, prise par son frère Marc dans les années 1980, faisant goûter un yaourt à une enfant chinoise sur la Grande Muraille de Chine. Le début d’une longue saga pour l’entreprise française dans l’ex-empire du Milieu. L’actuel PDG du groupe d’agroalimentaire, Emmanuel Faber, s’apprête à en clore un chapitre. Il a annoncé, dimanche 28 février, son intention de céder sa participation dans la société chinoise Mengniu, avec laquelle Danone avait fait cause commune pour produire et vendre des produits laitiers frais, en 2013.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Chez Danone, un conseil d’administration qui s’annonce sous haute tension

L’alliance avait alors été présentée comme stratégique et signe de la volonté du groupe de se réattaquer au marché chinois du yaourt. Pour s’en désengager, Danone envisage de procéder en deux étapes. Il va d’abord convertir sa participation dans la filiale commune détenue avec Mengniu dans les produits laitiers frais en une participation directe au capital du groupe chinois, puis céder l’ensemble de ses parts, soit 9,8 %. Un accord a été conclu en ce sens avec Cofco, principal actionnaire de Mengniu et bras armé de l’Etat chinois dans le secteur agroalimentaire.

Sous la pression de fonds

Danone estime que la cession pourrait intervenir courant 2021 et lui rapporter 850 millions d’euros. Sans attendre, le groupe s’empresse d’ajouter dans son communiqué « que les produits attendus de l’opération, une fois achevée, seront retournés dans leur majorité aux actionnaires, au travers d’un programme de rachat d’actions ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le fonds Bluebell Capital, petit actionnaire de Danone, pense qu’« il est temps que M. Faber parte »

Le numéro un mondial du yaourt souligne que cette cession s’inscrit dans la revue de portefeuille d’activités, annoncée par M. Faber en octobre 2020. A cette occasion, il avait évoqué la décision de se séparer de sa filiale en Argentine et de sa marque Vega. Mais la vente des parts de Mengniu a été dévoilée à la veille d’un conseil d’administration, lundi 1er mars, qui devait s’annoncer très tendu et dont l’ordre du jour était sur la gouvernance du groupe.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Crise chez Danone : Emmanuel Faber, un PDG en sursis

Le PDG de Danone est, depuis plusieurs semaines, sous la pression d’actionnaires, comme le fonds activiste britannique Bluebell Capital Partners et l’investisseur américain Artisan Partners. Tous deux réclament une dissociation des rôles de président et de directeur général et le départ de M. Faber. Dans ce contexte, l’annonce d’un programme de rachat d’actions après la cession des parts dans Mengniu sonne bien comme une volonté de M. Faber de donner des gages aux actionnaires.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess