De Rabat à Budapest, les révélations sur l’usage en Europe de Pegasus créent une onde de choc

Le Maroc a catégoriquement démenti, lundi 19 juillet, que ses services de sécurité aient eu recours au logiciel espion israélien Pegasus pour cibler des journalistes ou personnalités nationales ou étrangères, comme l’en accusent plusieurs médias internationaux. Le gouvernement marocain a, dans un communiqué, dénoncé comme « mensongères » les informations selon lesquelles les services de sécurité du royaume « ont infiltré les téléphones de plusieurs personnalités publiques nationales et étrangères et de responsables d’organisations internationales à travers un logiciel informatique ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

Client de l’entreprise NSO depuis au moins 2017, selon nos informations, le royaume va jusqu’à nier disposer de ce type d’outils de surveillance. « Le gouvernement n’a jamais acquis de logiciels informatiques pour infiltrer des appareils de communication, de même que les autorités marocaines n’ont jamais eu recours à ce genre d’actes », poursuit le communiqué, ajoutant que « le collectif médiatique (…) est incapable de fournir des preuves pour appuyer ses allégations ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Projet Pegasus : l’obsession du Sahara occidental pousse le Maroc à tenter d’espionner le maire d’Ivry-sur-Seine

Concernant l’enquête elle-même, menée pendant six mois par les rédactions du « Projet Pegasus », le Maroc dit « défier le collectif [de 17 médias, dont Le Monde], tout comme il l’avait fait avec Amnesty International, de fournir des preuves réalistes et scientifiques qui peuvent faire l’objet d’une expertise et d’une contre-expertise indépendantes sur la véracité de ces allégations ». Or, la méthodologie du Security Lab d’Amnesty International, qui a été explicitée dans un rapport technique public et détaillé, a bien été validée de manière indépendante par les chercheurs du Citizen Lab de l’université de Toronto, experts dans la détection des logiciels espions et spécialisés dans l’analyse de Pegasus.

« Une honte » pour la Hongrie

Du côté de la Hongrie, le contraste a été grand, lundi, entre, d’un côté, la presse indépendante et les leaders de l’opposition – qui ont massivement repris les révélations du « Projet Pegasus » – et, de l’autre, le gouvernement de Viktor Orban comme la presse qu’il contrôle, qui ont minoré ou totalement ignoré qu’au moins cinq journalistes, dix avocats et plusieurs hommes d’affaires ont été désignés pour cible par le logiciel israélien. L’Association des journalistes hongrois a, pour sa part, vivement « protesté contre la tentative d’intimider les travailleurs de la presse par une telle surveillance secrète », alors que les journalistes des médias pro-pouvoir avaient visiblement, eux, reçu pour consigne de ne surtout pas couvrir le scandale.

Il vous reste 32.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

Le plus grand parc de RDC retiré de la liste du patrimoine mondial en péril

Next Post

Au Zimbabwe, l’impossible injonction de se faire vacciner

Related Posts